Sénégal-Economie : les contraintes de la mise en œuvre de la SCA

La Stratégie de croissance accélérée bute sur les problèmes liés à l’électricité, le foncier, les infrastructures. Ces principales difficultés entravent une bonne mise en œuvre de la Stratégie de Croissance Accélérée (SCA). L’objectif de ce document élaboré depuis 2005 est d’élever le taux de croissance à 6,5% voir 7% en l’espace de 15 ans. Un atelier de partage a été organisé ce jeudi 26 février entre les différents acteurs.



Le Premier ministre du Sénégal, Cheikh Hadjibou Soumaré tutelle de la SCA
Le Premier ministre du Sénégal, Cheikh Hadjibou Soumaré tutelle de la SCA
Les travaux de la mise en œuvre de la Stratégie de Croissance Accélérée (SCA) se poursuivent. Les acteurs sont en conclave à Dakar pour examiner le document et poursuivre la mise en oeuvre. Il y a eu des plans d’actions validés qui sont en train d'être mis en œuvre depuis janvier 2008. Selon les responsables de la SCA "il y a eu une loi d’orientation qui a été adoptée et un décret qui a été mis en place dans le cadre institutionnel".

Cependant, tout n’est pas nickel dans l’évolution. «Si on applique exactement la règle ou l’approche de la SCA, il y a des contraintes premières qu’il faut lever. Il y a l’énergie, le foncier, les infrastructures» a soutenu le directeur du Centre d’Etude politique au développement au ministère de l’Economie et des finances, Aliou Faye. «Les entreprises ont besoin de service régulier de fourniture d’électricité. S’il y a délestage ça casse la dynamique, les ménages en ont besoin également. Un investisseur quand il arrive au Sénégal, il a besoin d’espace où mettre une entreprise et dans la stratégie, cette question a été appréhendée à travers la mise en place d’un site aménagé» a-t-il précisé.

L’ambition de la SCA est de pouvoir faire des taux de croissance élevés. «Ce qu’on aurait fait en l’espace de génération, c’est-à-dire 25ans, qu’on puisse le faire en l’espace de 10 ans ou 15 ans. L’objectif en 2015 est que le taux de croissance puisse atteindre une évolution de l’ordre de 6,5 à 7% pendant 6 ans, 7 ans d’affilé" a fait savoir Aliou Faye.

Awa DIEDHIOU

Jeudi 26 Février 2009 - 13:25



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter