Sénégal - Elections - défaite de la Coalition Sopi: les citoyens jubilent, les libéraux crispés

Le peuple chante en chœur la victoire de la coalition Bennoo Siggil Senegaal. La quasi totalité des sénégalais rencontrée dans les rues de Dakar jubilent et estiment qu’il était temps que le parti au pouvoir soit sanctionné. Les résultats provisoires en ce lendemain des élections locales sont favorables à l’opposition. Toutefois il y a certains qui restent optimistes espérant que les résultats définitifs pourraient être favorables à la coalition Sopi 2009.



Sénégal - Elections - défaite de la Coalition Sopi: les citoyens jubilent, les libéraux crispés
La victoire de Bennoo Siggil Senegaal suscite une grande satisfaction chez les populations. Dans plusieurs localités de Dakar, selon les résultats provisoires, la coalition Bennoo Siggil Senegaal a largement battu la coalition Sopi 2009. A Grand Yoff, la victoire de l’opposition n’est pas une surprise pour beaucoup. «La défaite était prévisible. Partout à Dakar la population attendait ce jour avec impatience» déclare Ibou Sarr. Trouvé dans une école de vote avec une radio scotchée à l’oreille, Ibou ne veut apparemment pas rater aucun résultat. Ecoutant attentivement les résultats des autres localités de la région de Dakar, il poursuit l’air très satisfait: «Nous sommes fatigués. Maintenant les sénégalais sont conscients qu’avec la carte on a son mot à dire. Wade a échoué lamentablement dans sa propre politique. Maintenant Wade va savoir que les sénégalais ne veulent plus de lui et de son régime» conclut-il.

Au niveau d’un arrêt bus situé au rond point Castors, c’est le même constat. Mieux, le seul sujet de discussion est la victoire de la coalition Bennoo Siggil Senegaal. Astou Dramé assise tranquillement en attendant son bus est une lycéenne qui a accompli pour la première fois son devoir de citoyen. Elle semble toute heureuse d’avoir participé à la défaite du régime en place. Elle martèle : «Regardez où nous en sommes le système éducatif est paralysé. Depuis plusieurs mois on n’arrive pas à faire des cours normalement. Je suis en classe de terminale et on n’a même pas fait la moitié du programme et ils veulent qu’on les réélit, ça c’est impossible ! C’est fini le règne de Wade» soutient-elle.

A quelques mètres de cet arrêt se trouve, l’arrêt bus des voitures de transport en commun Ndiaga Ndiaye et Cars rapides. Un chauffeur de Car rapide rencontré sur les lieux n’y va par quatre chemins pour exprimer sa déception. «En 2000 nous avons voté Wade au détriment de Diouf parce que c’était le président qui incarnait l’espoir mais de jour en jour ce régime nous a déçu» regrette-il. Tout aussi satisfait de la débâcle du Sopi il poursuit : «on attendait ce moment crucial pour leur montrer que le peuple en a assez. Cela fait 23 ans que je suis avec le parti au pouvoir mais vu les événements, j’ai décidé de changer de camp et d’offrir ma carte à l’opposition». Toutefois, il considère qu’ «ils (Ndlr : l’opposition et le parti au pouvoir) sont tous pareils mais que faire»

Mame Fatou Faty (stagiaire)

Lundi 23 Mars 2009 - 14:35



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter