Sénégal-Heurt en Conseil des ministres : Abdoulaye Diop contre Samuel Sarr

Le Conseil des ministres de ce jeudi 26 février a marqué les esprits. Le ministre de l’Economie et des Finances et son homologue de l’Energie ont eu des échanges pas du tout ordinaires en présence même du chef de l’Etat. Le gaz butane, ce casse tête des sénégalais, est à l’origine de la collision entre ministres.



Palais de la République, Sénégal (photo: aps.sn)
Palais de la République, Sénégal (photo: aps.sn)
Tout a commencé quand le ministre de l’Energie Samuel Sarr «a fait le point sur l’état des stocks de gaz butane à usage domestique et sur les dispositions déjà prises, en rapport avec les ministres des Finances et du Budget pour couvrir les besoins de consommation pour les mois à venir» d’après le Populaire. Le ministre de l’Economie et des Finances Abdoulaye Diop et son ministre délégué auprès du Budget, Mamadou Abdoulaye Sow ont alors «indiqué au Conseil les mesures déjà prises pour assurer une poursuite correcte des activités de la Société africaine de raffinage (Sar) et la prise en charge des actions en cours pour les investissements et la modernisation de la logique de la Sarr».

Ce qui a fait sortir Samuel Sarr de ses gongs. Il a estimé que son collègue de l’Economie et des finances en refusant de gonfler l’enveloppe empire les topos de la Sar en arrêt de production depuis une quarantaine de jours.

Réponse du berger à la bergère, Abdoulaye Diop a fait savoir que son ministère a bel et bien dégainé un milliard six cents millions de F cfa au profit de la Sar, que ce montant a été versé dans un compte de la CBAO. Apparemment c’est ce qu’il ne fallait pas du tout faire. La banque aurait utilisé l’argent à d’autres fins contrairement à ce qu’aurait certainement souhaité le ministre de l’Energie. La CBAO a tout bonnement pris cette rondelette somme pour effacer une partie de la dette de trois milliards que lui doit la Sar. Selon nos confrères, mis au parfum de la nouvelle le ministre de l’Energie n’a pas du tout été tendre avec son homologue des Finances sur cette maladresse. Pour se racheter, l'argentier de l'Etat a chargé le boss de la Sar qui, d’après lui, l’a induit en erreur en lui communiquant ce compte.

Reste à savoir s’il n’y aura pas, dans quelques semaines, une autre rupture dans la fourniture du gaz butane.


Awa DIEDHIOU

Vendredi 27 Février 2009 - 10:25




1.Posté par Souleymane KANE le 27/02/2009 12:53
Ce sont ces chiffoniers qui nous gouvernent ! Dommage pour nous. Et en plus, ils veulent jouer au plus fin avec les institutions financières. La preuve : "Pour se racheter, l'argentier de l'Etat a chargé le boss de la Sar qui, d’après lui, l’a induit en erreur en lui communiquant ce compte". Ainsi, ils finiront par les mettre à genoiu comme c'est le cas aujourd'hui avec les entreprises privées. Vivement un autre 19 mars, mais pas avec la même pourriture

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter