Sénégal : Le 1er choc pétrolier (Par Oumou WANE)



Sénégal : Le 1er choc pétrolier (Par Oumou WANE)
Ce qui me choque le plus dans ce charivari politique inédit qui infecte les organes vitaux de notre démocratie, c’est le peu de dignité qu’il reste à certains de nos hommes de pouvoir. Je dis ‘’hommes’’, car dans ces supposés pillages de nos ressources naturelles, je ne vois pas de femmes actionnaires et n’en ai pas encore entendu injurier, calomnier, salir, médire, trahir, balancer…Non, elles ont trop à faire ailleurs, dans leurs foyers, dans les marchés, dans les champs ou à d’autres travaux, cet apanage d’un autre âge, ces pratiques du passé, ces déballages publics d’accusations et de dénonciations souvent non fondées et d’une extrême violence, sont bien l’attribut de ces messieurs ! 

Voyez plutôt le tableau ! Un ancien premier ministre riche et possiblement actionnaire ou fut actionnaire dans une société minière exploitant l’or sénégalais, qui balance sur son ancien patron. Si c’est la fonction qui l’intéresse, qu'il respecte au moins le suffrage universel ! Un inspecteur des impôts dirigeant de parti politique et conseiller fiscal d’investisseurs immobiliers, qui fait des petits arrangements avec le vérité et assène dans la démesure et l’excès des critiques diaboliques envers le président et sa famille, l’injuriant au passage et tentant de le trainer dans la boue ! Un frère de président qui lui n’a pas choisi entre sa vocation politique et sa carrière d’homme d’affaires ! Car le problème concernant ce dernier, en attendant que la justice fasse la preuve ou pas d’irrégularités et d'actes délictuels dans ses prises de participations pétrolières, est bien une question de moralité. Un ministre en exercice du pouvoir actuel, qui pour défendre l’équipe dirigeante, accuse ses prédécesseurs de l’ancien régime ou encore ses ex-collaborateurs comme Abdoul Mbaye ! 

Et un Président de la République, cerné par des urgences de toutes sortes et de tout acabit, tant assailli de flèches empoisonnées et de boules puantes, qu’il peine à calmer tout ce beau monde, convaincre sur son programme de réformes et surtout à fermer le ban et sonner la fin de la récré ! 
Écœurée vous dis-je, par le déballage, les calomnies, injures, dérapages verbaux, délations, insultes… J’en passe des vertes et des pas mûres. Le niveau zéro du débat politique ! 

Alors, même si les rancœurs entre coqs sont tenaces, je vous en prie, un peu de tenue messieurs et du respect pour nous autres, qui n’entendons rien aux supposés deals intervenus entre Petrotim Limited et Timis Corporation d’une part et, d’autre part, entre Timis Corporation et Kosmos.   

Que les journalistes investiguent, que la justice enquête, que la politique débatte, mais que la haine cesse ! Et que l’image de notre pays soit préservée ! Les sénégalais ne comprendraient pas qu'on continue cette querelle alors qu'il y a tant de gens dans la souffrance, c'est indécent. Quand il s'agit de développer l'économie, tout le monde devrait se mettre d'accord pour travailler ensemble. 

Et nous mêmes, reprenons-nous, cessons de nous arcbouter sur la conviction profonde qu’il y a de gros deals derrière tout ça et que la volonté de nos dirigeants est de nous dépouiller. Souvent on entend que ceux qui savent se taisent et ceux qui parlent ne savent pas. Puisqu’il en est ainsi, pourquoi ne pas adopter le principe de précaution et attendre que les choses s’éclairent ? Le drame de notre pays c’est que la politique et ses adeptes sont plus assoiffés de pouvoir que soucieux de notre bien-être. 
Il est plus que temps de raison garder, que le père de la nation apaise les tensions et les cœurs des citoyens, rassure les sénégalais pour éviter les surenchères en attendant que ceux qui disent savoir parlent et surtout prouvent puisque la grande majorité des sénégalais n’a pas l’intention de détruire notre pays avec ces barils de poudre rien que pour assouvir de bas instincts revanchards.


Jeudi 29 Septembre 2016 - 11:46



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter