Sénégal – Magal Touba : l’effervescence est à son comble

La cité religieuse de Touba est quasiment pleine comme un œuf à un jour du grand Magal. L’affluence est à son comble. Les fidèles mourides viennent un peu partout. Après une matinée du jeudi relativement calme, l’effervescence a monté plus d’un cran dans l’après midi et surtout aux alentours de la grande mosquée. Comme s’ils s’étaient passés le mot, les disciples Mourides qui arrivent convergent d’abord à la grande Mosquée de Touba où se trouvent les mausolées du fondateur du Mouridisme, Cheikh Ahmadou Bamba et ses illustres fils. Dans cette meute, se distingue la gente féminine.



Sénégal – Magal Touba : l’effervescence est à son comble
Il n’y a pas d’heure ou de moment où la mosquée et ses alentours sont relativement vides ou clairsemés. Ils ne désemplissent pas. Les fidèles très dévoués, singulièrement les femmes de tout âge sont décidés à faire mausolée par mausolée.

Vêtues toutes de tenues traditionnelles avec une tête drapée dans un foulard comme le recommande les règles de la cité religieuse, ces filles font montre de détermination et de ferveur. Elles se sont massées devant l’imposante bâtisse qui est toujours en rénovation. Au niveau des deux grandes portes de la mosquée, des queues interminables se dressent à perte de vue. Dans ces lignes se mêlent dames et quelques jeunes garçons.

Le nuage de poussière qui enveloppe la ville est loin de rebuter ou de dissuader ces fidèles. Ces nuées sont accompagnées d’une vague de chaleur intrépide. Celle-ci irrite et fait suer ces centaines de personnes en file indienne aux quatre coins de la mosquée. Cet endroit grouille de monde, de pèlerins qui transpirent et dégoulinent de sueurs.

La ferveur fait obstacle à la canicule

Ces talibés (disciples) Mourides, fouettés de toute part par les rayons du soleil et la poussière diffusée dans l’atmosphère, sont éberlués par les travaux de la grande mosquée. Notamment la rénovation de cet imposant sanctuaire. Les nouvelles grilles viennent de l’étranger. Le dallage de la grande cour est en marbre. Les clôtures sont presque invisibles. Elles sont ensevelies par les rangs des fidèles mais aussi de mendiants qui désirent se recueillir devant les mausolées des illustres et saints hommes. Quasiment le long de la mosquée est tapissé par handicapés physiques qui sollicitent l’aumône des gros cœurs.

Du coté du domicile de El hadji Serigne Mohamadou Lamine Bara Mbacké sont dressés naturellement des tentes où sont exposés et placardés de gros posters du fondateur du Mouridisme Cheikh Ahmadou Bamba Mbacké et de ses nobles fils notamment feu Serigne Fallou, Serigne Saliou Mbacké et l’actuel khalife, El Hadji Serigne Mohamadou Lamine Bara Mbacké Falilou.

Le nouveau khalife marque ses empreintes

Ce décor dissipe un peu la prégnance du dernier fils de Cheikh Ahmadou Bamba sur terre. En effet, contrairement à l’année dernière où l’ombre de Serigne Saliou Mbacké a pesé de tout son poids sur le Magal, cette édition, les adeptes de la confrérie Mourides ont semblé intérioriser cette douloureuse perte.

C’est ainsi que le règne du premier petit fils de Khadimou Rassoul a été bien matérialisé. Sous les tentes et les principales artères qui mènent vers la mosquée, ses photos trônent sinon plastronnent jusqu’à quelque peu dominer celle du fondateur de la confrérie et son dernier fils sur terre, Serigne Saliou. Les différentes sorties et réceptions du nouveau guide des mourides sont bien immortalisées. De Prokhane à Rufisque en passant par Kébémer et Dakar, El Hadji Serigne Mohamadou Lamine Bara Falilou Mbacké se pose en homme d’ouverture et de sagesse. Une valeur qui transparait surtout lors des receptions de délégations diplomatiques, de Hizbut tarqquiyyat, entre autres. Ses photos sont accompagnées avec quelques textes sur la philosophie Mouride mais aussi des écrits du vénéré Cheikh Ahmadou Bamba.

Record d’affluence au mausolée de Serigne Saliou

Un come back dans l’enceinte de la grande mosquée permet de constater l’agglutination des fidèles devant le mausolée de feu Serigne Saliou Mbacké. Ce joyau entouré de palissades est pris d’assaut par des inconditionnels du dernier fils de Cheikh Ahmadou Bamba. Pendant que certains se recueillent et prient, des jeunes se sont installés à quelques pas du mausolée pour une récitation des Khassaides (poèmes du fondateur de la confrérie).

Plus le ciel s’assombrit, plus les gens convergent vers les mausolées. Pour éviter tout dérapage et du faits délictueux, des éléments des forces de l’ordre sont déployés partout dans tous les coins et recoins. Ils veillent au grain et surtout à la sécurité des fidèles mourides.

Cette ambiance a prévalu jusqu’aux environs de 20H 30 mn. C’est à cette heure qu’un impressionnant dispositif médical débarque.

A pareil heure, une épaisse couche d’air frais enveloppe la ville. Ainsi commence à se dissiper peu à peu la vague de chaleur qui a fatigué les pèlerins.


Ousmane Pouye

Vendredi 13 Février 2009 - 15:51



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter