Sénégal-Magal de Touba ou Saint Valentin : le cœur de jeunes fidèles valse

Touba ou Saint Valentin. Un dilemme cornélien habite les jeunes sénégalais. Certains sénégalais sont pris entre leur culture et l’influence occidentale. Ces deux évènements vont avoir lieu le même jour (le 14 février). A 48h du jour J, au moment où des talibés affluent vers la cité religieuse de Touba, des fidèles citadins ont du mal à faire le choix d'un événement le 14 février. Toutefois, s’il y a en qui hésitent, certains sont formels et estiment que le Magal est primordial.



Sénégal-Magal de Touba ou Saint Valentin : le cœur de jeunes fidèles valse
La Saint Valentin réputée être la fête des amoureux dispute la place au grand Magal de Touba. Le cœur des jeunes fidèles est habité par un embarras.

Un tour dans le Score a permis de se rendre compte que la Saint Valentin se prépare. Ce commerce s’est déjà approvisionné en cartes de St Valentin. Deux jeunes filles en jean et bien maquillées surprises en train de contempler les belles fleurs des cartes et de lire les beaux mots inscrits dessus hésitent à se prononcer sur la coïncidence des deux événements. «Moi je ne sais pas. Chacun n’a qu’à faire ce qui bon lui semble. Chacun à ses croyances» lance une d’elles de façon frivole sans décliner son identité. La seconde partage son avis non sans dire qu’elle ne fait aucun jugement sur les choix des uns et des autres. Elle déclare : «toute ma famille est mouride, nous allons partir à Touba demain. Mais on ne force personne à y aller. Moi je peux partir comme je peux rester et si je reste rien ne m’empêche de célébrer la Saint Valentin».

Cet avis des jeunes filles ne semble pas être largement partagé. Rencontré près du Score Casino de la Médina, un pendentif à l’effigie de son guide religieux autour du coup, ce talibé mouride se prépare à aller au pèlerinage de Touba. A la question de savoir comment, il compte célébrer la Saint Valentin en même temps que le Magal, le monsieur qui a requis l’anonymat de s’exclamer : «Quoi ! Ces trucs de toubab (un blanc) là on s’en fou. Nous on ne croit qu’en Serigne Touba. Il a beaucoup fait pour l’humanité et les noirs en particulier alors que ces toubabs qu’on suit n’ont fait que martyriser nos ancêtres». Toutefois, ce fidèle a donné l’impression d’être un peu ambigu à un moment. Il a, en fait, mis de l’eau dans son vin. «Je vais à Touba demain (vendredi) de bonheur et là bas je verrai ma fiancée. Vous savez l’amour on le vit tous les jours. Mais c’est vrai que les toubabs ont bien fait de choisir un jour pour le célébrer. De toute façon, je saurai comment faire plaisir à ma dulcinée parce qu’on va bientôt se marier» a-t-il indiqué sourire aux lèvres.

Un jeune talibé qui loge à la Médina ne veut même pas entendre parler de choix entre les deux. Il évoque la dimension religieuse du grand Magal de Touba. A l’approche de sa chambre, nul besoin de se demander l’appartenance confrérique de ce fidèle âgé d’un peu plus de 30 ans. Une chanson mouride bien cadencée anime la chambre et les environs. A l’intérieur, le décor est vraiment mouride. Des photos de guides religieux mourides sont accrochées sur les murs. Des sons de khasaides, il en a à gogo. Kéba Diop Bâ, c’est son nom, sans détour il martèle : «je ne connais que le Magal. Et franchement on ne doit pas parler du Magal en même que ces choses importées d’on ne sait où». Kéba estime que chacun doit se conformer à sa culture. «La Saint Valentin ce n’est pas notre culture, ni notre tradition et si on doit laisser ce qui nous appartient pour copier sur d’autres personnes on risque de se perdre et de se retrouver sans repère» a-t-il soutenu.

Awa DIEDHIOU

Jeudi 12 Février 2009 - 12:51



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter