« Sénégal : Où va la République » : les vérités sur la Seconde Alternance



« Sénégal : Où va la République » : les vérités sur la Seconde Alternance

Il dévoile "les vérités sur la Seconde Alternance, — tant ses acquis irréfutables que ses erreurs impardonnables —, nous ne les attendons pas des Oppositions ouvertes ou sibyllines ni des pourfendeurs attitrés du Sénégal sous Macky Sall, mais bien de la propre capacité critique et autocritique des acteurs et protagonistes qui, entre le 23 juin 2011 et le 25 mars 2012, avaient modifié le cours de l'histoire sénégalaise contemporaine, en élisant le Président de la Coalition Macky 2012 à plus de 65% des suffrages exprimés, contre son ex-mentor, Me Abdoulaye Wade".


La réponse se trouve dans le nouvel ouvrage du Pr. Malick Ndiaye, Sociologue à l'UCAD. Dans cet approche critique, autocritique et prospective de la Seconde Alternance » est écrit « deux ans après, cette véritable Révolution Citoyenne tangue outrageusement, et comme les yeux bandés, va droit dans le mur. Si elle n'est pas encore « trahie », selon le mot de feu le Professeur Sémou Pathé Guèye à l'égard de la Première Alternance, lorsque Wade se mit à limoger systématiquement tous ceux qui l'avaient fait roi, le nouveau régime multiplie les dérives républicaines à un point sans précédent, et selon des logiques aussi inédites que déroutantes ».


Selon l'ouvrage du responsable de la Commission Orientation et Stratégies de la Coalition Macky2012 et président du Directoire de Campagne de l'Alliance 2014 aux Municipales de 2014, «plus tôt la nouvelle élite de pouvoir prendra un compte exact de la situation, à l'effet d'y remédier, non en paroles, mais en pratique, le mieux ce sera pour cette expérience historique que l'Afrique observe et que le monde adoube. Mais, si nonobstant les rappels à l'ordre du peuple et les avertissements des électeurs, le Groupe Macky Sall devait poursuivre cette option que la Morale et l'Éthique réprouvent autant que le Sentiment des Citoyens, en particulier cette dérivation dynastique en cours, avec ses accents ethniques et de caste, de régionalisme et/ou de neddobandumisme, alors la Citoyenneté nouvelle sera à nouveau placée devant l'alternative que l'on croyait avoir résolue en tournant la page Wade.


Mais à cette différence près, cette fois-ci, que la ligne de démarcation ne sera plus entre Dévolution monarchique et Succession républicaine, mais bien Révolution Citoyenne versus Autocratisme dynastique ».


Mercredi 30 Juillet 2014 - 11:38



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter