Sénégal - PDS serait-il en introspection : Wade au coeur des "combines et complots"



Le président de la République et secrétaire général national du PDS, Abdoulaye Wade
Le président de la République et secrétaire général national du PDS, Abdoulaye Wade
Des femmes aux jeunes en passant par les anciens, l’unanimité était de mise sur la nécessité d’une introspection au lendemain de la débâcle du 22 mars dernier. L’appel tournait principalement autour d’un « diagnostic » sur les faits ayant conduits à la perte de villes stratégiques comme Dakar, Kaolack, Fatick, Pikine, Guédiawaye, Saint Louis, Podor. Les limogeages débutés depuis lundi dernier par le président de la République sonnent-elles comme une exécution à la lettre des recommandations de la base ? Ces départs concernent pour le moment l’entourage du chef de l’Etat indexé comme étant « maître d’œuvre » des « combines et complots » qui auraient poussé le peuple à rejeter le Sopi dans plusieurs Collectivités locales. Babacar Gaye, directeur de cabinet politique du président de la République, Me El Hadji Amadou Sall, porte-parole du patron de l’exécutif, Ameth Khalifa Niasse, ministre conseiller chargé de la nouvelle ville ont plié bagages. Abdoulaye Faye, ministre d’Etat auprès du chef de l’Etat serait sur le départ. Des ministres qui avaient joué un rôle déterminant dans les investitures et qui ont perdu dans leurs localités pourraient se retrouver au chômage très prochainement. Les listes pourraient être longues si le président de la République applique les «recommandations de la base».

Cependant si « le nettoyage » de l’entourage du chef de l’Etat et de l’équipe gouvernemental se confirme de plus en plus, d’autres questions taraudent l’esprit de bon nombre de Sénégalais. Jusqu’où ira Me Wade ? Avec qui va-t-il maintenant conduire les destinées du pays ? La presse fait état d’une pluie de Cv sur la table du président de la République.

Cependant, si les perdants sont tous exclus, la gestion de leurs bases politiques respectives va certainement se poser. Auront-ils la motivation pour mouiller le maillot ? D’autres cadres vont manifestement être promus. Auront-ils le temps d’avoir une base locale solide d’ici les prochaines échéances ?

Idrissa Seck et le Rewmi seraient à l’affût pour revenir en force. La Génération du Concret fait toujours obstacle à son retour.

Des responsables politiques, de la société civile et même des bailleurs de fonds ont récemment insisté sur l’allégement des charges de l’Etat. Ils plaident pour la diminution de l’équipe gouvernementale. Les paramètres sont nombreux. Les choix multiples. L’intérêt de la nation devrait primer.

Issa Ndiaye

Jeudi 23 Avril 2009 - 15:46



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter