Sénégal : Un Bac planté par WhatsApp

L'épreuve français du Baccalauréat a été annulée sur toute l'étendue du territoire après une injonction du ministère de l'Enseignement supérieur. Ce serait encore une fuite sur le réseau WhatsApp qui serait à l'origine du scandale.



Sénégal : Un Bac planté par WhatsApp
Les réseaux sociaux sont en train de bouleverser le déroulement des examens au Sénégal. Après l'incident des fuites lors des épreuves anticipées de philosophie, via le réseau social WhatsApp, c'est au tour du français dont les sujets étaient déjà soumis aux élèves ce mercredi matin... jusqu'à ce que les présidents de jury décident de retirer les copies des mains des élèves et d'évacuer les salles d'examens.

Au lycée Seydou Nourou Tall de Dakar, la plupart des élèves, surpris par le déroulement catastrophique des événements, n'en reviennent pas. Dans leurs discussions et commentaires, on perçoit la déception, l'inquiétude, mais également le ras-le-bol. L'une d'entre eux s'écrie : "J'avais déjà fait ma thèse et mon antithèse. Il ne me restait plus qu'à faire une synthèse. C'est injuste". 

Une surveillante qui traverse par-là crie également à l’injustice, sans savoir que l'assemblée est déjà investie par la presse. "C'est trop facile d'annuler des épreuves sur la base de simples suppositions. C'est trop léger", dit-elle.

D'après les informations que nous avons à notre disposition, les examinateurs ne se sont rendu compte de la fuite que près d'une heure qu'après avoir distribué les épreuves. Beaucoup de rumeurs circulent sur l'arrestation d'élèves ayant partagé les corrigés des épreuves sur WhatsApp. Cependant l'Office du Bac, dont le Directeur va incessamment tenir une conférence de presse, n'a pas encore communiqué sur l'origine de la fuite. Toutefois une enquête a été ouverte et de forts soupçons de fraude pèsent également sur les épreuves de géographie et d'histoire passées hier. Une chose est sûre, on n'a pas encore fini de parler de ce Bac 2017...
 

AYOBA FAYE

Mercredi 5 Juillet 2017 - 12:11



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter