Sénégal - affectation des fonds: Wade dénonce l’injustice de la BM et du FMI

Le président de la République, Abdoulaye Wade plaide pour la création des Droits de tirages spéciaux (DTS) spécialement pour l’Afrique. Il a suggéré la modification du principe des quotas dans l’affectation des fonds de la Banque mondiale (BM) et du système monétaire international. Le chef de l'Etat sénégalais a défendu cette position lors d'une table ronde ministérielle organisée par la Banque Africaine de Développement (BAD) autour du thème : "L’Afrique face à la crise financière : programme d’action". Abdoulaye Wade a estimé que le système basé sur la richesse n’est pas démocratique. "C’est arbitraire et injuste», selon lui.



Le président de la République du Sénégal, Abdoulaye Wade
Le président de la République du Sénégal, Abdoulaye Wade
"Le système des quotas du fonds qui est basé sur la richesse parait très démocratique mais ça ne l’est pas. C’est loin de l’être", a déclaré le président de la République sénégalaise, Abdoulaye Wade au troisième jour des 44e assemblées annuelles de la Banque africaine de développement (BAD). Prenant part à une table ronde ministérielle sur le thème: "L’Afrique face à la crise financière : programme d’action", le président Abdoulaye Wade a précisé qu’il ne remet pas en cause le principe des quotas, mais a soutenu que le Fonds monétaire international (FMI) peut être modifié dans un autre sens, celui des Droits de tirages spéciaux (DTS).

Toutefois, a-t-il fait savoir, le DTS, un instrument de paiement, a été crée ex nihilo sur papier et a été distribué aussi au corrobora des quotas d’où le dédoublement de l’injustice. C’est dans ce cadre qu’il a suggéré «des Droits de tirages spéciaux spécialement créés pour l’Afrique». Car, a-t-il poursuivi, la capacité de tirage c’est une chose autant la distribution des DTS sur la base des quotas est absolument arbitraire. «Dire qu’on prête quelque chose ou on donne quelque chose à une personne selon sa fortune c’est injuste» a-t-il insisté.

Par ailleurs, il a encore demandé la décentralisation de la banque vers l’Afrique. Il a, toutefois reconnu que des progrès sont faits pour qu’elle s’implante en Afrique avec des structures ayant capacité de décision. «Parce que ce qu’on ne peut pas comprendre aujourd’hui au 21e siècle, c'est que des experts parcourent des milliers de kilomètres pour venir pendant trois quatre jours dans nos pays et repartir tirer des conclusions pour permettre des décisions» a-t-il soutenu.

Le thème des 44éme assemblées annuelles de la BAD ouvertes ce 10 mai à Dakar est «L’Afrique et la crise financière: un plan d’action».

Awa DIEDHIOU

Mardi 12 Mai 2009 - 13:39



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter