Sénégal-baisse du prix de l’électricité : le oui mais du ministre de l’Energie

Le prix de l’électricité reste tributaire de la fluctuation du prix du baril du pétrole. Si celui-ci dépasse le plafond de 58 dollars, le prix de l’électricité pourrait flamber à nouveau. Le ministre de l’Energie, Samuel Sarr a déclaré en toute responsabilité lors d’une conférence de presse organisée ce mercredi au quatrième étage du building administratif:: «la baisse est contenue dans une fourchette incluant le cours du baril». Le directeur générale de la SENELEC et le président de la Commission de Régulation du Secteur de l’Electricité (CRSE) ont pris part à cette rencontre.



Le ministre de l'Energie, Samuel Sarr sur la baisse du prix de l'électricité (Photo:afriklive.com)
Le ministre de l'Energie, Samuel Sarr sur la baisse du prix de l'électricité (Photo:afriklive.com)
Malgré l’annonce de la baisse du prix de l’électricité, les consommateurs sénégalais ne sont toujours pas sortis de l’auberge. En effet, le ministre de l’Energie, Samuel Sarr a affirmé ce mercredi : «il a été décidé d’appliquer une baisse uniforme de 12% du prix de l’électricité» avant d’ajouter : «il nous faut en toute responsabilité préciser que cette baisse est contenue dans une fourchette incluant le cours du baril, au 29 décembre 2008, avec un plafond fixé à 58 dollars au-delà duquel, néanmoins, les mêmes exigences et contraintes pourraient justifier la révision de la grille» . Cette assertion du ministre Sarr signifie que selon les fluctuations du prix du baril de pétrole, le prix de l’électricité pourrait connaitre une hausse.

En marge de cette rencontre, Seydina Kane, le remplaçant de Lat Soukabé Fall à la tête de la direction de la SENELEC a échangé avec les journalistes sur sa société. Il a plaidé pour le maintien de l’équilibre de l’entreprise. Dans ce dessein, il a appelé l’Etat a compensé le déficit de la société «sinon c’est la grille tarifaire qui risque d’être touchée».

Seydina Kane a, par ailleurs, remercié les clients qui se sont acquittés du payement de leur facture malgré les perturbations tout en appelant les récalcitrants à revenir à de meilleurs sentiments. Des remerciements ont également été adressés aux associations de consommateurs pour leur apport dans la recherche de solutions à la crise.

A la suite le président de la Commission de Régulation du Secteur de l’Electricité (CRSE), Ibrahima Thiam a assuré les initiateurs de la marche de Guédiawaye que des solutions sont en train d’être trouvées. Il a également fait part d’une pénalité de quatre milliards de francs CFA que la SENELEC a dû payer pour énergie non fournie.


Mame Coumba Diop

Mercredi 7 Janvier 2009 - 20:38



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter