Sénégal-baisse du prix de l’électricité : les populations restent sceptiques

La baisse annoncée du prix de l’électricité ne rassure pas trop les usagers. Ils n’y croient pas encore et doutent de la véracité d’une telle mesure. Les témoignages recueillis dans l’enceinte de l’agence SENELEC de Castors-Bourguiba sont mitigés.



Les populations ont du mal à croire à la baisse du prix de l'électricité
Les populations ont du mal à croire à la baisse du prix de l'électricité
Les sénégalais attendent de voir la baisse effective du prix de l’électricité annoncée par le journal Sud quotidien dans sa parution du lundi 5 janvier. Ils ont été nombreux ces usagers à apprécier la mesure mais ils veulent bien que cela se matérialise réellement sur les factures.

13h à l’agence SENELEC de Castors-Bourguiba, c’est l’affluence des grands jours. Le mot d’ordre des imams et notables de la banlieue ne semble pas avoir d’impact dans ces environs. Les populations de ce secteur sont là pour payer leur facture d’électricité. Un vieux qui certainement est septuagénaire salue la nouvelle. «Une baisse sera la bienvenue. Seulement nous n’y croyons plus avec les doubles factures que nous avons reçus ces derniers mois», a-t-il souligné sous le couvert de l’anonymat. Pour lui, «cette baisse, si cela se confirme, sera un soulagement pour eux pères de famille». En revanche, il a affirmé ne pas être informé des facilités sur les lampes à basse consommation.

La jeune Fatima ka a abondé dans le même sens que le vieux. «Il faut qu’elle soit effective pour qu’on puisse y croire. Le président de la République a peut-être entendu le mot d’ordre des imans. C’est pour cela qu’il a réagi avec cette baisse», a-t-elle expliqué. Fatima Ka brasse, tout de même, une lueur d’espoir.

Une gérante de boutique de prêt-à-porter à Castors, Ndèye Amy Konata vient juste d’être au courant. «Je pense que c’est une bonne chose car les sénégalais ont souffert ces derniers mois de l’année 2008». En ce qui concerne les lampes à basse consommation, Ndèye Amy de soutenir «elles sont les bienvenues, si cela peut régler les problèmes de délestage, et de la surfacturation».

A la sortie de l’agence, Seynabou Dème attend sagement un bus à l’arrêt. Elle aussi attend de voir pour juger. «On va attendre le mois prochain pour voir si la baisse est bien effective sur les factures», a-t-il fait savoir sur un ton douteux.

Juste à côté d’elle, un monsieur répondant du nom de Mansour Ndiaye. «Baisse ou non les sénégalais sont fatigués, même si les imams ont élevé le ton pour dénoncer la hausse exécrable des factures, il est temps de régler les problèmes qui secouent la SENELEC », a-t-il martelé.


Ndèye Maty Diagne (Stagiaire)

Lundi 5 Janvier 2009 - 18:20



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter