Sénégal carnet de route du Magal de Touba: dans l’antre de «Niary Baye Fall»

Touba est le point d’attraction des fidèles mourides. «Niary Baye Fall» à Mbacké est le point de chute des Bayes Fall. Cette résidence, terre d’accueil des petits-fils et disciples de Mame Cheikh Ibra Fall a pris d’assaut par des milliers d’individus venant des divers coins de la planète. Les Bayes Fall expatriés ne ratent pour rien au monde l’occasion de passer le grand Magal de Touba à Niary Baye Fall où les zikrs envahissent l’atmosphère et enveloppent Mourides et Bayes Fall dans une ferveur indescriptible. Focus dans cet autre monde.



Sénégal carnet de route du Magal de Touba: dans l’antre de «Niary Baye Fall»
C’est un repère très connu des fidèles Mourides. «Niary Baye Fall» est le bastion des disciples de Mame Cheikh Ibrahima Fall, l’un des très fidèles compagnons de Cheikh Ahmadou Bamba. Il est situé à l’entrée de la ville de Mbacké à sept kilomètres de la cité religieuse, Touba (195km au centre). «Niary Baye Fall» se singularise par l’immensité de la demeure mais aussi la représentation par un dessin de deux Bayes Fall avec leur mortier à l’entrée comme des soldats en faction.

La philosophie des descendants de Lamp Fall

A l’image des autres, ces adeptes de Cheikh Ahmadou Bamba et de la confrérie du Mouridisme se reconnaissent avec leurs dreadlocks, leurs habits multi couleurs et une ceinture à la taille. Très souvent, ils ne mettent pas de chaussures. Ils vouent un pouvoir total et une croyance absolue en Dieu et au marabout. La philosophie du Baye Fall est détachée de toutes possessions matérielles. «Tout se partage, le don de soi est naturel, et la foi en l'humain est essentielle. On ne devient pas Baye Fall, on naît Baye Fall», se glorifient-ils.


Sénégal carnet de route du Magal de Touba: dans l’antre de «Niary Baye Fall»
L’organisation à «Niary Baye Fall»

Les Bayes Fall se sont implantés dans cette célèbre résidence depuis des décennies sur ordre de leur maître «incontesté», Serigne Touba, le fondateur du mouridisme. C’est une immense maison bien compartimentée. Ils sont ainsi logés dans des cases en fonction de leurs localités de provenance. Ce QG des Bayes Fall abrite plus d’une centaine d’adeptes. En période du grand Magal, ce nombre peut être doublé ou triplé. En effet, les disciples de Mame Cheikh Ibrahima Fall comme ils aiment à le dire viennent un peu partout des quatre coins du globe pour célébrer le départ à l’exil de leur mentor, Cheikh Ahmadou Bamba.

Le Magal des Bayes Fall

Ce 18e jour du mois musulman est un moyen de rédemption pour eux puisqu’ils ont été dispensés de la pratique des cinq piliers de l’islam. Mais, ils ont tout de même un jour particulier. C’est la veille du Magal. Ils organisent un «thiant». Un magal à leur manière.

Et ils viennent même de l’étranger pour participer à cette fête. De teint clair, habillé en boubou blanc, couleur de la pureté, Moussa Ndoye est parmi les «dieuwrine (dignitaires)». Cet homme ayant dépassé la trentaine est, spécialement, venu de la France pour le Magal. «On vit le Magal comme tous les mourides suivant les instructions de Cheikh Ahmadou Bamba. Le saint homme avait exigé le récital de coran, les khassaides, les zikrs etc. et spécialement avec Cheikh Ndiguel Fall, on fait une avant-première cette nuit du vendredi (13 février 2009), un grand Thiant est organisé, où le nom de Dieu, ALLAH, est loué», a-t-il confié avec ferveur et abnégation. Et d’ajouter : «le jour du grand Magal, on refait la même chose (récital coran, «Mberdé» (de la bonne bouffe à gogo) afin de rendre grâce à Dieu qui nous donne chaque année la capacité de le fêter».

Sénégal carnet de route du Magal de Touba: dans l’antre de «Niary Baye Fall»
Les astuces des expatriés pour venir au Magal

Son petit frère, Ibrahima Ndoye est quant à lui-aussi spécialement venu des USA. Vêtu d’un boubou multicolore, cet étudiant en communication à Oklahoma City n’hésite pas à sacrifier ses cours pour le grand Magal. «Je ne peux pas estimer ce que le Magal représente pour moi. J’ai sacrifié mes cours, mon travail juste pour assister au Magal», a confessé Ibrahima Ndoye. Ce jeune Baye Fall vit aux USA depuis 5 ans maintenant. Depuis qu’il est au pays de l’oncle sam, il avait l’habitude de fêter le grand Magal avec ses frères musulmans dans le cadre d’un Dahira à Oklahoma City. Mais, maintenant, il n’est plus question. Il faut trouver des astuces et des subterfuges pour venir à Touba et à «Niary Baye Fall». L’étudiant en communication de révéler : «nous faisons en sorte que notre période de congé coïncide avec le grand Magal de Touba. Les sénégalais s’organisent pour bénéficier de réduction dans les agences de voyages étrangères».

La lumière gît sur les «Ceedo»

C’est dans cet élan que se présente, le petit fils de Mame Cheikh Ibrahima Fall. Il est surnommé «Lamp», la lumière qui éclaire la vie. De lignée princière Ceedo, Cheikh Ndiguel Fall est l’idole des baye fall de la jeune génération. Sa demeure se distingue particulièrement dans cette vaste résidence. Il crèche dans une maison en étage, peinte en jaune. Celle-ci comporte une grande cour, juste après la porte d’entrée.

Sénégal carnet de route du Magal de Touba: dans l’antre de «Niary Baye Fall»
Touba, la Félicité se répand sur terre

Entouré de sa garde rapprochée, l’homme est habillé d’un simple boubou blanc. Trois chapelets dont deux en bois, et un autre de couleur argenté sont autour du cou. Il s’installe majestueusement dans un fauteuil qui trône dans le salon.

Ainsi, il se prête dans une totale humilité à nos questions. Selon le cheikh, l’affluence des disciples se justifie par cette philosophie «Mouride NDIGUEL». Le khalife des Baye Fall de souligner : «ce sont des mourides. Ils croient en Cheikh Ahmadou Bamba. Ce dernier avait demandé que le nom de «Touba» qui signifie «Félicité» en arabe soit répandu, et c’est ce qui est en train d’arriver. Il a aussi demandé que les gens soient méfiant par rapport aux djinns et aux personnes sataniques».


Un symbole de la paix

Recevant une délégation de talibés de plus d’une vingtaine de personnes venue de la lointaine Casamance. Le cheikh d’indiquer «ce que vous voyez là, c’est un symbole de la paix dans cette région. Ces gens ont parcouru des kilomètres dans l’unique but de répondre à l’appel du fondateur du Mouridisme, qui est lui aussi symbole de paix et de sagesse».

Les talibés de «Ndiguel» sont connus pour leur parcours de combattant qu’ils effectuent le jour du Magal. En effet des bols remplis de mets sont transportés sur la tête des talibés de Mbacké à la grande mosquée de Touba distant de sept kilomètres. «Ce geste est un héritage que nous a légués notre grand père Mame Cheikh Ibra Fall. Les repas sont destinés aux infortunés. Et l’action se perpétuera dans le temps tant que le bon Dieu nous donne les moyens et la capacité de le faire» a fait savoir le guide des Baye Fall.



Ndèye Maty Diagne (Stagiaire)

Dimanche 22 Février 2009 - 17:00




1.Posté par moustapha diom et mamadou moustapha badji le 30/08/2010 18:01
Mame Cheikh Ibrahima Fall etait tres fidele a Cheikh Ahmadou Bamba le fondateur du mouridisme.Il a cervit serigne Touba jusca sa disparition.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter