Sénégal – faible taux d’absorption des crédits extérieurs : l’Etat veut mieux faire

La direction de la dette et de l’investissement a procédé ce lundi 6 avril à la présentation du rapport annuel sur l’absorption des crédits sur ressources extérieures au titre de l’exercice 2007 en présence des différents directeurs et coordonnateurs de programmes et des agents de l’économie des finances. Le constat qui a été fait est que le taux absorption des crédits extérieurs reste faible.



Le ministre de l'Economie et des Finances, Abdoulaye Diop (Photo: AFP)
Le ministre de l'Economie et des Finances, Abdoulaye Diop (Photo: AFP)
Le taux absorption des crédits extérieurs alloués au Sénégal par les différents projets et programmes reste encore faible. Et cela empêche un bon déroulement du programme orienté vers le développement de l’Etat Sénégal. Après ce constat une cellule d’appui des projets et programmes est mise sur pied depuis 2007 afin de contribuer à l’amélioration du niveau et de la qualité d’exécution des projets et programmes.

Une cérémonie de présentation du rapport annuel sur l’absorption des crédits sur ressources extérieures (RARES) au titre de l’exercice 2007 a été organisée ce lundi 6 avril par les services du ministère de l’Economie et des Finances.

Ce rapport donne un peu la cartographie de l’absorption des crédits par les différents projets et programmes de l’Etat du Sénégal.

Il a ciblé les trois partenaires multilatéraux à savoir la Banque Mondiale, Banque Africaine de Développement (BAD) et les systèmes des Nations Unies tels que le PNUD, UNFPA, PAM UNICEF ainsi que les trois partenaires bilatéraux que sont l’Agence Française de Développement (AFD), Fonds koweitien et United States Agency for international development (USAID).

Dans ce rapport, les objectifs visés sont l’état des lieux, l’identification des facteurs explicatifs des performances, dresser une feuille de route entre autres.

Selon le coordonnateur de la Cellule d’Appui à la mise en œuvre des projets et programmes (CAP), le taux d’exécution budgétaire se situe à 72%, le taux d’absorption globale à 38% et le taux d’absorption spécifique à 15%, alors que l’âge moyen du portefeuille est en deçà de deux ans (1,712 an).

Dans ce travail rédigé par les professionnels de l’économie, certains facteurs ont été notés tels que le personnel non qualifié, ni de suivi rapproché dans l’exécution des projets.

Des recommandations ont, par ailleurs, été formulées par les rédacteurs de ce projet. Elles visent à assurer la pérennisation de la production du RARES et le partage des résultats. Ainsi, les bailleurs de fonds sont également appelés à poursuivre la réflexion sur la décentralisation des centres de décision de la déclaration de Paris. Ils sont conviés à veiller à une harmonisation des données générées par le partenaire et la partie nationale sur l’exécution financière des projets et programmes et à apporter des réformes sur les avis de non objection et les conditions suspensives.

Mame Fatou Faty (Stagiaire)

Lundi 6 Avril 2009 - 20:46



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter