Sénégal – froid et sport : le désamour

Le froid fait des ravages cette année au Sénégal. Le thermomètre descend parfois jusqu’à 12 degré à Dakar. Une température qui a fini par bouleverser les habitudes de bon nombre de citadins. Même certains sportifs ont des difficultés pour résister. Surtout ceux qui avaient l’habitude de pratiquer le sport de bonheur ou encore les élèves qui pratiquent l’Education physique et sportive (EPS). Toutes les astuces sont bonnes pour fuir les cours.



Ces moments de grands rush sont tout à fait différent de la réalité actuelle sur les plages. Elles sont presque désertes à cause du froid qui règne en maître (Photo:http://au-senegal.com/Un-esprit-sain-dans-un-corps-sain.html)
Ces moments de grands rush sont tout à fait différent de la réalité actuelle sur les plages. Elles sont presque désertes à cause du froid qui règne en maître (Photo:http://au-senegal.com/Un-esprit-sain-dans-un-corps-sain.html)
En cette période frisquette, faire du sport, c’est la croix et la bannière pour nombre de jeunes. La plage de Mermoz qui généralement accueille des sportifs et des lutteurs aux environs de 6 ou 7h du matin est plus que déserte. Des individus épars sont à pareille heure sur le littoral pour le footing matinal.

Lutteurs et sportifs sous la couette

«D’habitude, beaucoup de personnes venaient s’entrainer sur la plage le matin. Elles sont parfois tellement nombreuses qu’on a du mal à se mouvoir correctement. Mais en cette période de froid, il y a très peu de gens à cause de la vague de froid», a déclaré Zale Samb un jeune d’une vingtaine d’années trouvé sur la plage de Mermoz. Le jeune homme a tenu à préciser «certains de ces gens n’ont pas abandonné le sport, mais ils ont simplement changé de planning en venant le soir». Zale Samb tente de trouver une explication à ce comportement. Pour lui, «ils ne viennent pas faire du sport le matin parce qu’ils ont du mal à se lever tôt le matin».

La peur d’attraper le rhume

Ce n’est pas seulement la plage qui est déserte en moment de froid de canard. Même les terrains de football et de basket sont quasiment vides. Thierno Lo est un joueur de football rencontré au terrain de Dieuppeul en train de s’exercer aux tirs au but. Interpellé dans le feu de l’action, il lâche difficilement «ouf…, c’est difficile!». Suffoquant, Thierno Lo a souligné : «il y a beaucoup de vent en plus de l’eau glaciale, les conditions d’un rhume sont réunies. C’est ce qui explique souvent la paresse des sportifs à s’entrainer». En revanche, a-t-il ajouté : «on n’a pas le choix car si tu ne t’entraines pas tu perds la forme et après tu seras obligé de recommencer à zéro».

Au Sénégal, l’éducation physique et sportive (EPS) se fait très souvent le matin dans les écoles. En cette période glaciale, une bonne partie des élèves rechignent à suivre ces cours. Ils ont peur d’affronter le froid quitte à récolter de mauvaises notes. Généralement ces potaches qui veulent pas prendre part à ces cours évoquent des cas de maladies ou d’indisponibilité. Certains n’hésitent pas à demander aux médecins une dispense pour enrayer cette matière dans leur bulletin de notes.

Les astuces des élèves

Le professeur d’EPS, M. Koné au collège Saldia étale les astuces des élèves pour ne pas faire son cours. «Parfois les élèves font tout pour ne pas faire cours. Mais face à cette situation, c’est l’expérience qui fait la différence», a signalé M. Koné. Et de poursuivre : «ils utilisent beaucoup d’astuces pour ne pas faire le cours. Nous savons que c’est le froid qui est à l’origine de tous ces subterfuges. Mais on les force à le faire». Selon lui, «le froid ne devrait pas être un facteur bloquant pour l’éducation physique et sportive. Sinon je me dis que le sport est justement recommandé pour vaincre le froid».

Un élève en classe de 4e au CEM Socé Diop de Dieupeul n’est pas de cette frange. «Quand on se réchauffe bien et quand on fait également correctement des étirements on ne sent plus le froid. Toutefois mon problème, c’est au moment de se laver. L’eau est presque intouchable parce qu’elle est glaciale», a avancé Modou Ndiaye.


Papa Mamadou Diéry Diallo (Stagiaire)

Lundi 16 Février 2009 - 18:39



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter