Sénégal - gestion financière: les mécanismes de transparence jaugés

Le projet de renforcement des capacités de responsabilité financière et de transparence (PRECAREF), a ouvert ce jeudi 26 février 2009, un atelier de restitution des résultats de la revue à mi- parcours. La cérémonie qui a eu lieu dans un hôtel de la place, est présidée par le secrétaire général du ministère de l’économie et des finances, des représentants de la cour des comptes, les représentants de la Fondation pour le renforcement des capacités en Afrique (ACBF).Créer en 2005 et rattaché au Cabinet du Ministre d’Etat, ministre de l’économie et des finances, le PRECAREF vise une intégration des principes de bonne gouvernance dans la gestion des ressources financières de l’état.



Sénégal - gestion financière: les mécanismes de transparence jaugés
Le PRECAREF a procédé ce jeudi 26 février à la restitution de sa mission de revue à mi –parcours.
Ce projet a pour but essentiel d’améliorer et d’harmoniser les politiques, méthodes et procédures de vérification des institutions de contrôle externe par le biais, entre autres, de l’adoption des normes modernes, la mise en place d’une information intégrée et l’échange d’informations.

Le projet, qui a débuté en janvier 2006, est à son mi- parcours d’où la nécessité de procéder à une évaluation conformément aux procédures de l’ ACBF. Ainsi, les conditions qu'exigent cette revue ont été remplies, à savoir le décaissement de la moitié du don et l’arrivé en milieu d’exécution du projet. Ce projet est financé par les Etats-Unis à hauteur de 1,8millions de dollars américains.

Le secrétaire général du ministère de l’Economie et des Finances d’évoquer les objectifs spécifiques de la revue. «Il s’agit d’évaluer les entrants, leur pertinence et la possibilité d’avoir des impacts dans la mission d’appui à la gouvernance, d’évaluer les progrès réalisés dans l’exécution du projet et aussi d’identifier les contraintes et les opportunités qui peuvent améliorer la performance du projet, enfin d’évaluer l’efficacité des organes de gouvernance et de gestion du projet mais aussi l’efficience des coûts des activités et l’exécution du projet en général.» a fait savoir Oumar Sylla.
Le directeur des opérations de la zone 3 (Afrique de l’ouest et du nord) est revenu sur les objectifs de cet atelier. «Cette évaluation à mi-parcours du projet permet d’apprécier les réalisations et de s’assurer qu’il atteindra les objectifs qui ont motivé sa mise en œuvre. Elle permet aussi de déterminer l’état d’avancement du projet dans la mise en œuvre de ses activités et de se pencher sur les questions qui pourraient influer sur son impact de succès" a soutenu DR Samba Ka.

Le président des Affaires budgétaires et financières de la cour des comptes, d’indiquer «ce projet appuie le Sénégal dans sa gestion financière. Et le rôle de la cour des comptes en tant que bénéficière est de conseiller les institutions cibles que sont le ministère de l’Economie et des finances et l’Assemblée nationale qui vote les projets de loi, pour une gestion transparente des comptes», a déclaré Abba Goudiaby.

Faisant une évaluation à mi parcours du projet, l’ancien Premier ministre de la République Islamique de la Mauritanie et membre du comité de pilotage (PRECAREF) a eu à identifier des hypothèses qui étaient à la base de l’identification et de l’élaboration du projet (PRECAREF). Zéine Ould Zeidane d’assurer que «les hypothèses sont encore valables au Sénégal et pertinentes par rapport aux conditions actuelles de l’environnement du Sénégal».

Ndèye Maty Diagne (Stagiaire)

Jeudi 26 Février 2009 - 15:20



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter