Sénégal : la situation se dégrade à une semaine de la présidentielle (RFI)

A sept jours du premier tour de la présidentielle au Sénégal, la mobilisation d'une partie de la rue contre la candidature du président Wade ne faiblit pas. Des manifestants ont de nouveau dressé à Dakar des barricades, brûlé pneus et poubelles, et affronté la police anti-émeutes. Des heurts qui ont fait au moins une dizaine de blessés. Par ailleurs, un jeune est mort après avoir été blessé vendredi soir à Kaolack, au centre-ouest ; lors de la manifestation organisée pour protester contre ce qui a été perçu comme «la profanation» d'une mosquée de Dakar par la police.



Sénégal : la situation se dégrade à une semaine de la présidentielle (RFI)
A une semaine du scrutin, le climat reste plus ou moins tendu dans la capitale, où le Mouvement du 23-Juin continue d’appeler à manifester contre la candidature d’Abdoulaye Wade. Le M23 a franchi un pas dans ses actions, en déplaçant ses rassemblements au Plateau, au centre-ville de la capitale, où le préfet a interdit toute manifestation.
Le ton est monté d’un cran en fin de semaine, lorsque des policiers ont lancé une bombe lacrymogène dans une mosquée de la confrérie Tidiane, provoquant la colère des habitants de Tivaouane, ainsi que plusieurs soulèvements spontanés à Kaolack, où un manifestant a succombé à ses blessures.
Ce samedi, le ministre de l’Intérieur en personne s’est rendu à Tivaouane afin de calmer les esprits. Il a rencontré le khalife général de la confrérie Tidiane, qui a appelé au « calme et à la sérénité ».
Dans le même temps, on enregistre une série d’arrestations. Treize jeunes du mouvement « Y en a marre » sont en garde à vue, et sept autres devront comparaître mardi au tribunal, pour avoir participé à des manifestations non autorisées par le préfet de Dakar.


RFI


Dimanche 19 Février 2012 - 12:42



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter