Sénégal -sabotage des affiches des candidats : mépris des citoyens, colère des imprimeurs

C’est la dernière ligne droite vers les élections locales. Sur le terrain ça chauffe entre candidats et militants des partis et coalitions politiques. Mais ça chauffe aussi sur les panneaux d’affichage et autres lieux propices à la publicité. Pendant que les partis en lice rivalisent de belles paroles et de pires mots pour décrédibiliser leurs concurrents, leurs militants et souteneurs s’empressent à détruire les posters et affiches de leurs concurrents. Un véritable spectacle de badigeonnage s’offre dans les rues de Dakar. Un fait que dénoncent avec la dernière énergie les imprimeurs.



Sénégal -sabotage des affiches des candidats : mépris des citoyens, colère des imprimeurs
La campagne électorale bat son plein. Les images des investis sont visibles un peu partout dans la capitale. L'objectif majeur de cette campagne d'affichage ou encore publicitaire est simplement la séduction politique. C'est le marketing politique. Les différents candidats cherchent à travers cet acte à récolter le maximum de voix ce dimanche 22 mars, jour du scrutin des élections locales. Cependant, rares sont celles qui sont en bon état. Au marché Tilène, c’est une photo de Macky Sall qui a été sectionnée. L'avant-bras a été déchiré. Il n'y a que la main collée au menton qui s’aperçoit.

A la Médina rue 22, c’est une affiche de Modibo Diop en compagnie du maire sortant de Dakar Pape Diop qui a été aussi sabotée. Leurs visages sont peints en bleue seuls les noms permettent de les reconnaître. A la rue 26 du même quartier, c’est une affiche de Macky Sall en compagnie du président Abdoulaye Wade qui a eu la malchance de tenir jusqu’à ce jour qui est détruite. Les deux hommes sont sans nez, ni bouche. A la rue Reims, la liste de la coalition Benno Siggil Senegaal de Dakar-Plateau est méconnaissable. Le visage de Alioune Ndoye est complètement détruit et l’affiche déchiquetée un peu partout.

Certaines populations s'en offusquent même si d'autres affichent leur indifférence à ce décor. «Ils sont tous pareils» a martelé Lamine Sadio. Rencontré à la Médina, il soutient que «les populations peuvent les détruire comme elles veulent car on ne doit pas s’intéresser à ces politiques». Maguette Sall, lui non plus, n’y accorde aucun intérêt. Il n’y va pas par quarte chemins pour exprimer son indifférence vis-à-vis des affiches. «La vie politique est dénaturée. La démocratie ce n’est pas la violence physique. C’est pour cela je ne parle plus de politique encore moins regarder les affiches pour faire des appréciations» a-t-il indiqué. En revanche, Ousmane Dansokho rencontré à côté de la grande mosquée de Dakar trouve incorrect et irrespectueux le badigeonnage des affiches des candidats. «Je ne suis d’aucun parti politique, mais il faut respecter les images et regarder les réalisations des candidats sortants. En les détruisant on détruit nos propres biens parce que c’est avec notre argent qu’on a fait ces affiches» a-t-il estimé.

Au niveau de l’imprimerie "Saloum" de la rue 29X18 de la Médina, c’est la désolation et le dégout qui se lisait sur le visage du gérant, Pape Moussa Tall, dès qu’on lui a demandé son avis sur le sabotage des affiches. S’empressant à montrer le processus de fabrication des affiches, dans son atelier rempli de machines, il a indiqué «si on voit un individu déchirer une affiche ça nous fend le cœur. Il faut au moins quatre heures pour avoir une bonne affiche, c'est difficile le travail» a-t-il précisé. Très remonté contre ces saboteurs d’affiches il a poursuit : «c’est écœurant parce que les gens ne savent pas ce que vaut une affiche, ça représente quelque chose. C'est comme un livre, si on la déchire vraiment c’est autre chose».



Awa DIEDHIOU

Jeudi 19 Mars 2009 - 13:59



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter