Sénégal – vente des actions de la Sonatel : une sérieuse opposition face à France Télécom

La Bourse régionale des valeurs mobilières (BRVM) tranche en faveur des agents de la SONATEL. Elle aurait rejeté la décision de vendre les 9,87% des actions du Sénégal dans SONATEL à France Télécom. En conférence de presse ce vendredi 10 avril, l’intersyndicale des travailleurs de la SONATEL (Société Nationale de Télécommunication) a indiqué que la France va vers la transformation de la SONATEL en simple société de service si elle réussi son «coup». Mais aussi, la retirer de la BRVM alors qu’elle est la seule société sénégalaise cotée à cette bourse. Les travailleurs de la SONATEL ont ainsi décidé de défendre avec bec et ongle cette société qu’ils considèrent comme un patrimoine.



Sit in des travailleurs de la SONATEL à l 'agence de Médina
Sit in des travailleurs de la SONATEL à l 'agence de Médina
La vente des 9,87% des actions que détient le Sénégal dans SONATEL à France Télécom bute sur un obstacle majeur. «On vient de m’informer que le Conseiller régional des marchés financiers de la BRVM vient de rejeter la transaction» a annoncé l’ancien coordonnateur de l’intersyndicale des travailleurs de la SONATEL et représentant du personnel au Conseil d’administration, Ibrahima Konté. Cette décision a été prise parce que «la transaction ne serait pas conforme à la réglementation», a-t-il soutenu.

A partir de la gauche Ibrahima Konté (deuxième), Mamadou Aidara Diop (troisième en vert)
A partir de la gauche Ibrahima Konté (deuxième), Mamadou Aidara Diop (troisième en vert)
Néanmoins, le personnel ne démord pas. Il compte poursuivre la lutte pour que le Sénégal ne donne pas les 9,87% de ses actions à l’entreprise française des télécommunications. Parce que, «en décidant de donner ses actions à France Télécom elle va devenir majoritaire absolue et ipso facto la SONATEL sera transformée en simple filiale de France Télécom. Et dans les deux ans à venir elle va la transformer en une simple société de service en déconnectant toutes les autres filiales qui sont Orange Mali, Orange Guinée, Orange Guinée Bissau du groupe SONATEL pour les rattacher directement à France Télécom» a expliqué le coordonnateur de l’intersyndicale, Mamadou Aïdara Diop.

Sit in des travailleurs de la SONATEL à l'agence de Médina
Sit in des travailleurs de la SONATEL à l'agence de Médina
Et selon lui, France Télécom ne va pas s’arrêter là. «Elle va organiser l’opacité la plus totale dans la gestion de l’entreprise en retirant la SONATEL de la BRVM. C’est ce qui s’est passé avec la Côte-d’Ivoire. Cela veut dire dans les deux ans, ils ne déclareront plus de bénéfice et il n'y aura plus une obligation de distribution de dividendes. Tout sera transformé en charge fictive pour permettre un rapatriement plus efficace des derniers vers la France» a-t-il poursuivi. Alors que, la SONATEL, est selon lui, la seule entreprise au Sénégal qui donne 12,5% des recettes fiscales pour l’Etat, plus de 5% sur le PIB, une contribution à l’enrichissement avec près de mille à treize mille entreprises PME, PMI qui travaillent avec SONATEL sans compter les dividendes et autres.


Awa Diédhiou

Vendredi 10 Avril 2009 - 16:22



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter