Série d’explosions coordonnées à Bagdad.



Série d’explosions coordonnées à Bagdad.


Au moins 28 personnes ont été tuées mardi 6 avril 2010, et 75 blessées par six explosions, dont une causée par un attentat suicide, dans plusieurs quartiers de la capitale irakienne.
Une première explosion, provoquée par un attentat suicide, a visé un café à Allawi, un quartier populaire du centre de Bagdad, selon un responsable du ministère de l'Intérieur irakien.
Une maison de deux étages s'est effondrée sur ses habitants et les consommateurs du café. L’AFP a constaté cinq corps de personnes inanimées. Au moins trois blessés sont sortis des décombres recouverts de poussière. Des habitants du quartier et des pompiers tentaient de secourir les personnes prises sous les décombres en creusant à mains nues, aidés par un seul bulldozer.
Trois autres bâtiments se sont effondrés dans des explosions quasi-simultanées dans les quartiers de Choula et Chkouk (nord), selon le ministère de l'Intérieur. Une autre explosion a retenti à Chourta al-Rabia (ouest).
Ces explosions interviennent à deux jours d'une série d'attaques contre des ambassades iranienne, arabes et européennes qui ont fait au moins 30 morts.

Avec ces attentats simultanés, c'est le spectre de la guerre interconfessionnelle qui ressurgit. Alors que les groupes armés, composé de combattants étrangers lié au réseau al-Qaïda et d'anciens membres du parti Baas de Saddam Hussein n'étaient pas parvenus à perturber le dernier scrutin, ils semblent décidés à empêcher toute réconciliation indispensable à la stabilité politique du pays. Ce mardi, les attaques ont visées exclusivement des quartiers à majorité chiite de la capitale irakienne.
Elles apportent la preuve que les forces de sécurité irakiennes qui ne disposent plus sur le terrain de l'appui des militaires américains ont le plus grand mal à maintenir le calme relatif qui s'était installé ces derniers mois.

Dimanche, ce sont des kamikazes qui avaient mené des attaques suicide contre plusieurs ambassades dont celle de l'Iran, le puissant voisin chiite. Trente personnes avaient trouvé la mort.

Cette recrudescence de la violence intervient alors que les tractations se poursuivent et promettent de durer pour former le nouveau gouvernement irakien. L'ancien Premier ministre Iyad Allaoui qui avait formé une liste laïque regroupant des sunnites et des chiites entend diriger le futur cabinet. Il appuie sa revendication sur sa courte victoire face au premier ministre sortant Nouri al-Maliki. La liste Allaoui a remporté deux sièges de plus que celle de son rival ce qui implique de faire alliance avec d'autres formations.




RFI/AFP

Mardi 6 Avril 2010 - 12:47



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter