"Si Bennoo bokk Yaakar n’implose pas, le PS va disparaître", théorise les jeunes du PS



"Si Bennoo bokk Yaakar n’implose pas, le PS va disparaître", théorise les jeunes du PS
Les jeunes du Parti socialiste ne sont pas d’accord pour un long compagnonnage entre leur formation politique et l’Alliance pour la République (APR). Ils crachent dessus et affirment tout haut : “On travaille pour que Macky Sall n’ait pas un deuxième mandat“. Les responsables de Convergence socialiste ont fait cette déclaration lors d’une conférence de presse tenue ce samedi à la maison du parti. “Le PS veut revenir au pouvoir, alors que leur partenaire principal dans la coalition Bennoo Bokk Yaakar, en l’occurrence Macky Sall, veut le conserver“, a déclaré le premier adjoint de l’Union nationale des jeunesses socialistes, Mamadou Mbodj.

Pour lui, “le choc des ambitions“ est inévitable parce que “le PS aura forcément un candidat en 2017“. La Convergence socialiste est d’avis que “dans le contexte actuel, une réorientation de la stratégie de communication est indispensable. Il faut oser taper sur la table. Il faudra muscler notre communication“. C’est une condition obligatoire “si le PS veut revenir aux commandes du pays en 2017, il faudra qu’il quitte la coalition“.

Youssou Mbow de même que le nouveau président de la Convergence socialiste, Pape Sow ont abondé dans le même sens en invitant ses camarades à méditer le “syndrome Landing Savané“.

Jean Louis DJIBA

Lundi 11 Mars 2013 - 12:48




1.Posté par Samba Alassane Thiam le 11/03/2013 15:53
Cessons ce faux jeu au sein de Benno Bokk Yaakaar. Les partis de la mouvance présidentielle doivent respectivement travailler à étendre et à consolider leurs leaderships à la base. C'est nécessaire pour organiser la compétition et permettre aux plus forts d'assumer les responsabilités locales. Rappelons que cette compétition est d'abord interne au sein de l'APR tel qu'indiqué par SEM le Président Macky SALL.

2.Posté par Mamadou Mbodji DIOUF le 13/03/2013 01:53
DROIT DE REPONSE (Démenti publié dans le journal Le Quotidien de ce mardi 12 mars 2013)

Monsieur le Directeur de publication,

Je viens d’apprendre, en lisant l’article titré « Convergence socialiste ne parle pas le même langage que la tutelle » dans Le Quotidien de ce lundi 11 mars 2013 (en page Une et douze), un certain nombre de propos qui me sont injustement prêtés à l’occasion de la journée d’échange organisée par la Convergence Socialiste ce samedi 09 mars 2013 à la Maison du Parti Socialiste.
L’objet de cette rencontre était davantage de débattre sur la nouvelle option prise par la convergence socialiste qui se veut un cadre constructif de réflexion et d’action en phase avec la ligne du Parti, que de parler du devenir du Parti Socialiste.
En ma qualité de Secrétaire Général National Adjoint des jeunesses socialistes, j’ai participé à ce débat pour conforter nos camarades de la convergence socialiste dans cette posture du nouveau secrétariat installé lors de leur dernière assemblée générale ordinaire de renouvellement. Nos camarades sont bien déterminés à accompagner le Secrétaire général Ousmane Tanor Dieng et la direction du Parti dans la poursuite du partenariat noué avec la coalition « Macky 2012 » dans l’entre-deux tours de l’élection présidentielle.
Il n’est nullement apparu dans mes interventions, encore moins au cours d’une hypothétique interview, des propos tels que cités dans l’article : « Nous travaillons pour que Macky n’ait pas un second mandat » ou bien « si la coalition n’implose pas, le PS va disparaître » ou encore « Si le PS veut revenir aux commandes du pays en 2017, il faudra qu’il quitte la coalition ». Tout parti politique a certes la vocation à conquérir le pouvoir, mais notre partenariat nous le vivons avec conviction et sincérité. Notre part de responsabilité dans le bilan de Macky Sall, nous l’assumons.
J’ai bien précisé au cours des débats que le Benno Bokk Yakaar survivra aux élections locales, quelque soit la formule qui ressortira du consensus retenu dans la coalition. Par ailleurs, pour avoir été le coordonnateur de la caravane nationale des jeunes de Benno Bokk Yakaar au second tour de l’élection présidentielle, ma foi inébranlable dans la pérennité de cette coalition gagnante reste intacte.
Ces propos sont donc à l’antipode de mes pensées, d’autant plus qu’ils sont déphasés avec ceux rapportés par vos confrères des autres organes, qui ont effectivement couvert la manifestation.
J’ai tenu à apporter ces précisions utiles pour éviter de verser dans une polémique stérile qui n’apporterait rien de constructif dans cette dynamique salutaire de la coalition Benno Bokk Yaakar matérialisée par notre présence dans la majorité présidentielle et parlementaire.

Mamadou Mbodji DIOUF
Secrétaire Général Adjoint du Mouvement National des Jeunesses Socialistes

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter