Sida: l’Afrique du Sud investit en antirétroviraux

L’Afrique du Sud s’était engagée à étendre considérablement l’accès aux traitements pour les personnes séropositives afin d'atteindre les nouveaux objectifs de l'OMS. Cette semaine, le ministère de la Santé a annoncé qu’il allait investir 708 millions d’euros sur trois ans pour se fournir en antirétroviraux. L’Afrique du Sud est le pays le plus affecté par le sida au monde, avec 6,4 millions de Sud-Africains porteurs du VIH.



D’ici 2030, le ministère de la Santé souhaite que 90% des Sud-Africains connaissent leur statut sérologique. AFP PHOTO/ Isaac Kasamani
D’ici 2030, le ministère de la Santé souhaite que 90% des Sud-Africains connaissent leur statut sérologique. AFP PHOTO/ Isaac Kasamani

Quatre compagnies pharmaceutiques ont remporté conjointement l’appel d’offres lancé par le ministère de la Santé. Elles vont fournir des antirétroviraux à l’Afrique du Sud pour les trois prochaines années.

Avec cet investissement qui s’élève à près de 710 millions d’euros, le gouvernement sud-africain souhaite que 5 millions de séropositifs soient sous traitement d’ici 2017, contre 2,7 millions aujourd’hui. Le principal défi est d’abord de dépister les malades puis ensuite de les maintenir sous traitement.

Distribution de comprimés

Pour faciliter le suivi des patients, le gouvernement privilégie la distribution de comprimés en association fixe depuis avril 2013. C’est-à-dire qu’au lieu de prendre trois médicaments par jour, les séropositifs avalent un seul comprimé, qui combine les trois substances actives.

D’ici 2030, le ministère de la Santé souhaite que 90% des Sud-Africains connaissent leur statut sérologique, et que 90% des séropositifs soient sous traitement.


Rfi.fr

Dimanche 28 Décembre 2014 - 11:29



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter