Situation universitaire: Le MEEL parle d’un plan de réduction du budget des bourses et le nombre des boursiers



Situation universitaire: Le MEEL parle d’un plan de réduction du budget des bourses et le nombre des boursiers
Le Mouvement des Elèves et Etudiants Libéraux (MEEL) écrit dans un communiqué transmis à PressAfrik que « le MEEL dénonce l’attitude des Ministres de l’enseignement supérieur et celui des finances qui ont concocté un plan pour rabaisser le budget destiné au paiement des bourses qui passe de 40 milliards à 28 milliards l’année. En plus leur projet d’uniformiser les bourses en fonction des cycles: [premier cycle (18 000F), deuxième cycle (36 000F)] sans parler de la réduction drastique du nombre d’étudiants boursiers. »

Voilà pourquoi, ces jeunes libéraux pensent que « les réformes sont devenues un cauchemar, une véritable arnaque, car  les étudiants se voient privés de leurs avantages acquis avec le régime WADE ».
Plus loin dans leurs accusations et dénonciations, on peut lire, « en outre, le MEEL tient à signaler les défaillances au niveau des orientations avec la plateforme CAMPUS SEN. Des étudiants admis en série S et G se sont orientés en Droit ou en Lettres, ce qui est une incohérence au vu du ratio faible d’étudiants dans les filières scientifiques, sans parler des étudiants orientés à l’université virtuelle, qui, ne seront que les agneaux du sacrifice, car en  réalité celle-ci n’existe que de nom faute de moyens logistiques. »
 
« (…) Certains camarades qui ont tentés de défendre cette forfaiture se sont vus menacés par la police ou la DIC. Les étudiants subissent plusieurs agressions partout dans le campus, dans les amphithéâtres et dans leurs chambres… d’autres accroupissent en prison et leur seul tord était de défendre leurs droits acquis. Les forces de l’ordre ont assiégés l’université et finissent par installer une dictature qui ne dit pas son nom. La conviction est claire et la consigne est donnée  par le président Macky pour  traquer les étudiants comme de vulgaires délinquants : Le MEEL avise et avertit toute la communauté internationale, les organisations de défense des  droits de l’homme, les chefs religieux, que si cette situation perdure nous allons tôt ou tard assister à un bain de sang ou pire même,  car on ne se laissera plus faire ; l’heure de la révolte a sonné ! », peut-on toujours lire dans ce communiqué du MEEL.

Matar Séne

Mardi 20 Mai 2014 - 13:29



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter