PRESSAFRIK.COM ,  L'info dans toute sa diversité



Situations dans les prisons : «38% des détenus souffrent de maladies chroniques»

L’Association pour le soutien et la réinsertion sociale des détenus (Asred) tire la sonnette d’alarme sur la condition des locataires des prisons sénégalaises. C’est dans ce sens qu’il a publié un communiqué dans lequel il informe que 38% d’entre eux souffrent de maladies chroniques.



Situations dans les prisons : «38% des détenus souffrent de maladies chroniques»

 «La question de la prise en charge sanitaire des détenus nécessite une connaissance de leur état de santé dès leur entrée en prison. Les établissements pénitentiaires du Sénégal, en état de dégradation avancée, ne sont point favorables à l'existence de bonnes conditions sanitaires», a déclaré Ibrahima Sall, le président de l’Asred qui se prononçait sur les conditions des détenus.

 D’ailleurs, informe-t-il, «38% des détenus souffrent de maladies chroniques qui nécessitent un traitement sérieux et dont l'exemple le plus patent est celui de Saliou Gueye qui est en train de perdre l'usage de la vue à la prison du camp pénal de Liberté 06».

Et, selon lui, ce sont ces conditions et le comportement des gardes-pénitentiaires qui ont conduit à la mort de Amath Ba, lors de sa détention à la Mac de Rebeuss : «L'Asred déplore, la mauvaise foi manifeste de l'administration pénitentiaire et du ministère de la Justice. Leurs réactions tardives démontrent, encore une fois, leurs volontés malsaines de circonvenir l'opinion».

Allant plus loin, M. Sall exige que l’enquête sur cette affaire soit transférée en instruction, ce, pour contribuer à apaiser les tensions entre les détenus et l’administration pénitentiaire. D’ailleurs, rappelle-t-il, des bonnes volontés ont proposé leurs services allant dans ce sens.

Quant à la situation qui prévaut au camp pénal de Liberté 6 où les détenus ambitionnaient d’entamer une grève de la faim ce mardi, M. Sall indique que les choses reviennent à la normale du fait des échanges fructueux entre les prisonniers et le régisseur. Et, pour exprimer leurs bonnes dispositions à aller de l’avant, ils ont décidé de sursoir à leur diète.

L’Asred a aussi proposé «que le procureur de la république soit le patron de la justice à la suite d'une élection organisée par ses compères et que le président de la République ne soit plus à la tête du haut conseil supérieur de la magistrature afin de garantir une séparation effective des pouvoirs et de rompre, une bonne fois pour toute, le lien de subordination qui existe entre le parquet et la chancellerie».


Ousmane Demba Kane

Mardi 29 Août 2017 - 15:44



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter