Sommet Etats-Unis-Afrique: l'Afrique enchantée de Barack Obama

La rencontre, inédite, entend rappeler qu'aucune prospérité n'est possible sans justice sociale.



Sommet Etats-Unis-Afrique: l'Afrique enchantée de Barack Obama
Washington se prépare à accueillir du 5 au 6 août prochains, un sommet Etats-Unis-Afrique. Une rencontre «historique», ainsi que l’a qualifiée le président américain, Barack Obama. Cette rencontre avec les Etats-Unis et les dirigeants du continent africain est en effet la toute première du genre. Elle vise à renforcer les relations économiques entre les Africains et Américains. Mais le sommet de Washington a aussi pour ambition de contrer l’offensive chinoise en Afrique et de permettre aux Etats-Unis de se positionner comme un partenaire de poids. En gros, comme l’a encore indiqué Barack Obama, le sommet de Washington vise à bâtir «un nouveau modèle de partenariat entre l’Amérique et l’Afrique, un partenariat égalitaire».
Au-delà des aspects économiques, les questions de démocratie et de sécurité et de justice seront également au menu des discussions. Washington entend promouvoir l’idée que la bonne gouvernance et la justice sociale sont les gages de la prospérité économique de l’Afrique, d’où sa vigilance sur les tripatouillages de la Constitution souvent observés ci et là pour permettre aux dirigeants de se maintenir au pouvoir.
C’est d’ailleurs ce que souligne le site d’information guinéen Guinée Conakry Info qui cite les cas du Burundi, les deux Congos et du Burkina Faso.
«Notre position sur ce dossier est très claire: nous avons découragé tous les dirigeants des pays où de tels amendements sont envisagés», fait savoir Linda Thomas Greenfield, la sous-secrétaire d’Etat américaine chargé des Affaires africaines.
En marge de ce sommet, 500 jeunes leaders africains du monde économique et social (sortes de jeunes talents africains) se sont retrouvés à Washington autour du Barack Obama, dans le cadre de la Mandela Washington Fellowship for Young African Leaders. Le président américain a tenu à ces jeunes un discours volontariste:
«L’Afrique, aussi convoitée qu’elle semble l’être aujourd’hui, n’est utile au monde que forte et autonome.»
Seulement, les assises de Washington pourront-elles tenir toutes leurs promesses et permettre de dessiner les contours d’une Afrique plus prospère? Pour le site GabonEco, il s’agit d’abord d’une opération de séduction des Américains. De plus, cette rencontre échappera difficilement aux travers des rencontres de ce type: une absence de stratégie et de moyens réels de coercition vis-à-vis de certains dirigeants tentés de s’accrocher au pouvoir.

Slateafrique

Vendredi 1 Août 2014 - 14:53




1.Posté par ciré dieng le 03/08/2014 11:23
j'ai besoin d'etre informé

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter