Sommet-Village de la Francophonie: la sécurité aux aguets



L’organisation du sommet de la francophonie intervient dans un contexte plus ou moins particulier sur le plan sécuritaire. Avec le terrorisme qui prend de l’ampleur dans la sous-région, des craintes se font sentir du côté des autorités.  

En plus, il y a la situation nationale quelquefois émaillée de manifestions des partis de l’opposition. Le dernier en date le meeting du Front Patriotique pour la Défense de la République (FPDR). Malgré ce contexte social plutôt tendu, les forces de l’ordre  sont décidés à relever le défi.


Ce matin, les agents de la police préposés à la sécurité des lieux, ont fait le nombre dans l’enceinte du Grand Théâtre Nationale qui abrite le village de la Francophonie. Ils se signalent dès l'entrée avec les vérifications d’usage sur les visiteurs et exposants. À chaque coin de rue, un agent veille au grain.
Malgré cette présence massive de la police, les esprits ne sont pas tranquilles du côté de certains exposants. Selon eux, ils vont devoir laisser leurs bagages dans les stands tout en craignant que la sécurité ne soit pas à la hauteur du rendez-vous. Mais Birane Niang, le responsable de l’organisation a tenu à rassurer sur le dispositif mis en place pour assurer la sécurité des biens et des personnes même après la fermeture.


Lundi 24 Novembre 2014 - 21:00



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter