Sommet de l'UA: dans le huis clos d'une réunion sur la RDC

En marge du sommet des chefs d’Etat de l’Union africaine, qui s'est achevé samedi 31 janvier à Addis-Abeba, s’est tenue une réunion d’évaluation de l’accord-cadre pour la paix dans la région des Grands Lacs, et particulièrement à l’est de la RDC. Ban Ki-moon a présidé la rencontre, en présence notamment du président tanzanien, du vice-président angolais et du commissaire paix et sécurité de l’UA. Sujet du jour : la lutte contre les FDLR, alors que l’armée congolaise a annoncé le début des opérations contre les rebelles hutus rwandais. Ces opérations sont unanimement saluées mais doivent se dérouler, selon le communiqué final, dans le strict respect des droits des populations civiles.



Les FARDC ont lancé jeudi 29 janvier, les opérations militaires «Sokola2» pour le désarmement des FDLR. Photo Monusco/Force
Les FARDC ont lancé jeudi 29 janvier, les opérations militaires «Sokola2» pour le désarmement des FDLR. Photo Monusco/Force

Un absent de marque dans cette réunion de suivi : le Rwanda. Pourtant, le président Kagame et sa ministre des Affaires étrangères Louise Mushikiwabo étaient présents à l’ouverture du sommet des chefs d’Etat la veille. Le Rwanda aurait considéré qu'il s'agissait de la réunion de trop, et que le temps n’est plus aux paroles mais aux actes.

Les discussions ont eu lieu à huis clos. Selon un diplomate étranger, jamais des positions aussi favorables aux opérations militaires  ne s'étaient exprimées, de la part de l’Afrique du Sud et de la Tanzanie, accusées jusqu’ici de ne pas être très enclines à laisser leurs troupes et la brigade d’intervention des Nations unies y participer.

« Si ça tourne mal »

Comme d'autres, les ministres sud-africains et tanzaniens se sont toutefois inquiétés des conséquences pour les civils vivant dans les zones contrôlées par les Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR) et d’opérations militairement plus complexes que contre la rébellion du Mouvement du 23-Mars.

Ce ne sera pas une promenade dans le parc, a même déclaré à l’assistance un ministre sud-africain. L’Afrique du Sud craint de voir se répéter le scénario de 2009, où des civils avaient été tués, des villages brûlés et des femmes violées. « Nous sommes une démocratie et si ça tourne mal, l’opposition et la société civile ne nous feront pas de cadeaux », a confié un diplomate sud-africain.

Dans son discours, à l’ouverture de ce mini-sommet sur les Grands Lacs, le secrétaire général des Nations unies a insisté pour que tous les pays de la région ayant des élections prévues ces prochaines années respectent la volonté de leur peuple, sans préciser ce qu’il avait dit la veille sur les réformes de la Constitution ou les chefs d’Etat qui s’accrochent au pouvoir.

Quid des ex-M23 ?

Si Ban Ki-moon s’est félicité de l’issue favorable trouvée à la crise liée à la nouvelle loi électorale de RDC - là aussi, sans mentionner les manifestations et les victimes -, le ministre congolais des Affaires étrangères aurait dit : « Les propos tenus par certains de nos partenaires dans des moments difficiles ne nous aident pas. » Le tout sur un ton resté néanmoins des plus diplomatiques.

Il a été aussi question du sort des ex-rebelles du M23 présents en Ouganda. Le représentant de Kampala a clairement signifié ne plus souhaiter les accueillir sur son territoire. Une fois de plus, les participants ont déploré le peu d’avancées dans l’amnistie et le rapatriement de ces ex-combattants, plus d’un an après la signature des déclarations de Nairobi mettant fin à leur conflit avec le gouvernement congolais.

 


RÉACTION AMÉRICAINE

Après la nomination, il y a quelques jours dans le Nord-Kivu, d’officiers soupçonnés de graves violations des droits de l’homme  à la tête de l’opération annoncée contre les FDLR, dans le sillage des Nations unies, l'envoyé spécial des Etats-Unis sur les Grands Lacs Russ Feingold met à son tour l’accent sur la protection des civils vivant dans les zones contrôlées par les rebelles.

RFI : Quelle est la position américaine suite à l'annonce par l'armée congolaise d'une offensive dans l'est du pays ?

Russ Feingold : Nous sommes heureux que le gouvernement congolais ait reconnu la nécessité de passer à l’action, qu’il ait annoncé que les opérations allaient commencer, qu’il ait accepté le soutien de la Monusco. Je pense qu’il faut laisser une chance aux Congolais, et voir s’ils vont effectivement de l’avant avec cette opération. Mais la meilleure manière de gérer cette affaire, c’est de coopérer au maximum. La Monusco pourrait apporter beaucoup à cette opération. Les officiers de la Monusco ont envie d’aider les FARDC (Forces armées de RDC, NDLR) à faire leur travail.

Que faire avec les civils qui vivent dans ces zones ?

C’est l’une des questions les plus importantes. La Monusco et ceux d’entre nous qui la soutiennent croient que c’est crucial de protéger les civils. Et la Monusco a mis au point un plan pour protéger les civils.

Mais la force de l'ONU n'est plus vraiment impliquée dans la planification.

Ils essaient autant que possible de planifier la protection des civils. Dans tous les cas, ce doit être l’une des principales priorités dans les opérations : faire tout ce qui est possible pour protéger les civils. Nous parlons de ce problème avec les autorités congolaises régulièrement. Et ils nous ont bien sûr dit qu’ils allaient se soucier de cette question. Mais les bons officiers de la Monusco pourraient vraiment aider à protéger les civils.


Rfi.fr

Dimanche 1 Février 2015 - 10:39



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter