Soudan du Sud : le Conseil de sécurité de l'ONU va approuver des renforts

Faisant suite à la demande de Ban Ki-moon d'envoyer 5 500 soldats et 423 policiers supplémentaires au Soudan du Sud pour renforcer la mission de l'ONU sur place, le Conseil de sécurité a entamé, lundi dans la soirée, des consultations d'urgence.



Des casques bleus patrouillant sur une route menant à Djouba
Des casques bleus patrouillant sur une route menant à Djouba
Pour le retour de la paix au Soudan du Sud, Ban Ki-moon, mise sur le renforcement de la mission onusienne dans le pays. Le secrétaire général des Nations unies a recommandé, le 23 décembre, d'envoyer 5 500 soldats et 423 policiers supplémentaires sur place.

À New-York, des consultations d'urgence du Conseil de sécurité ont commencé dans la soirée pour examiner la demande. Ces renforts s'ajouteront aux quelque 7 000 Casques bleus et 700 policiers de la Mission de l'ONU au Soudan du Sud (Minuss).

"Réaction positive" du Conseil de sécurité

"Les États-Unis ont également proposé une résolution en ce sens, qui sera soumise au vote des 15 membres du Conseil mardi à 15 heures (20 heures TU)", a indiqué l'ambassadeur français Gérard Araud qui préside le Conseil. "La réaction de tous les membres du Conseil a été positive", a-t-il estimé. "Il y a un consensus très large et la volonté d'agir rapidement", a renchéri l'ambassadrice américaine Samantha Power. Mais elle n'a pas caché que l'envoi des renforts "va prendre au moins quelques jours".

Par ailleurs, Ban Ki-moon avait auparavant prévenu que "les Nations unies enquêteront sur les accusations de graves violations des droits de l'homme et de crimes contre l'humanité" au Soudan du Sud. "Ceux qui sont responsables à un haut niveau devront en répondre personnellement et faire face aux conséquences, même s'ils prétendent n'avoir pas été au courant des attaques", a-t-il averti.

Sur le terrain, la situation continue de dégénérer et des centaines de milliers de personnes risquent d'avoir très vite besoin d'aide, a mis en garde l'ONU, qui prédit "une augmentation massive des besoins" humanitaires à court terme.

Depuis une semaine, des morts ont été recensés par centaines et les civils affluents par dizaines de milliers dans différents complexes de l'ONU pour tenter d'échapper aux combats et à la mort.
 
 
 source : Jeune Afrique

Dépêche

Mardi 24 Décembre 2013 - 12:31



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter