Stabilité de la police, le cadet des soucis de l'autorité



Au vu de son ampleur, la vague des nouvelles nominations au niveau de la direction de la police nationale en a étonné plus. Il a fallu bien trouver au niveau le plus haut un gros prétexte pour oser secouer de façon aussi brutale et spectaculaire un secteur aussi névralgique de la République…A moins qu’une faute gigantesque ne soit reprochée à «Badiene» Anna Semou Faye, directrice nationale sortante, et son équipe. Une faute qui doit être d’une nature plus grave que les puériles accusations de népotisme qu’on lui colle, m’enfin !
 
Nous n’osons pas imaginer donc laquelle dans le contexte international tendu actuel ! La police partage ainsi avec la justice le triste sort d’être finalement un secteur dont la stabilité est le cadet des soucis de l’autorité. Police et justice sont les seuls corps constitués, en tout cas, à connaître en leur sein des mouvements de personnels aussi importants. Ces deux corps doivent donc avoir si bon dos qu’ils passent pour de parfaits agneaux du sacrifice. Le sacrifice rituel de l’autorité pour continuer à soumettre son monde, assujettir ses alliés, affoler les récalcitrants  et intimider ses adversaires ! Il mérite d’être rappelé que la Police et Justice sont deux corps qui ont le mérite exclusif de compter sur le haut niveau intellectuel et la bonne formation de ses cadres dirigeants.
 
On ne devient pas commissaire de police en rampant, encore moins juge à la faveur des accointances conjoncturelles, subjectives ou objectives, avec ses supérieurs ! En outre, si les mouvements au sein de la justice sont facilement justifiables dans les républiques bananières africaines comme la nôtre, il en est tout autrement pour ceux que connaît la police. Cette dernière est-elle condamnée à ne jamais retrouver son honneur perdu ? Pourtant, il faut dénoncer cette discrimination attentoire à l’honneur  de tout un groupe formant un bras séculier de la république ! Ces structures sont, au juste, composées d’hommes et de femmes qui ont droit à un traitement respectueux de la dignité humaine. Et ça, on le rappelle, volontiers, aux policiers,  la faiblesse de la force est de ne croire qu’à la force !

Mamadou Lamine TOURE, cilpdak.blogspot.sn/

Mardi 20 Octobre 2015 - 20:08



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter