Suspension des salaires suite à l’audit fonction publique : Assane Dioma Ndiaye tance le pouvoir

La Ligue Sénégalaise de Défense des Droits de l’Homme (LSDH) s’invite dans le fameux audit de la fonction publique. Selon Assane Dioma Ndiaye, président de l’organisation, « l’Etat du Sénégal se doit au moins de reconnaître une faute politique ». Ceci, « pour décrisper les frustrations et protestations nées des suspensions abusives de certains citoyens ». Le défenseur des droits de l’homme qui n’y va pas de main morte, ne manque pas de faire la morale au régime en place. « La reconnaissance d’un manquement relève de l’humilité et de la grandeur ».



Suspension des salaires suite à l’audit fonction publique : Assane Dioma Ndiaye tance le pouvoir
« Pour décrisper les frustrations et protestations nées des suspensions abusives de certains citoyens à la suite de l’audit des fonctionnaires, l’Etat du Sénégal se doit au moins de reconnaître une faute politique » dénonce le droit de l’hommiste qui enchaîne. « La reconnaissance d’un manquement relève de l'humilité et de la grandeur. Ce d’autant qu’il s’agit incontestablement en l’espèce d’une faute de bonne foi et dans le cadre d’une volonté de bien faire » mais qui « doit comprendre que l’audit quelque soit sa forme physique ou comptable obéit à un processus ».

Assane Dioma Ndiaye qui n’en pas fini de tancer l’Etat du Sénégal, ne manque pas de préciser aux autorités que même si l’audit « est inquisitoire et unilatéral tout au début, il s'impose par contre une fois qu’il est susceptible de faire grief à des droits individuels ». D’où l’obligation selon le président de la LSDH  « de recueillir les dires ou observations des potentiels "sanctionables" du fait des résultats révélés ».

Mais, « dans le cas présent, il aurait fallu avant de suspendre des salaires, inviter les mis en cause par des correspondances avec accusé de réception, à faire leurs observations par rapport au fait que l’audit entrepris n’a pas permis de les identifier avec un délai butoir. C’est cette phase essentielle du contradictoire qui a été omise », regrette-t-il.





Magueye SOW (stagiaire)

Mercredi 8 Janvier 2014 - 15:58



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter