Suspension des travaux de la Boulangerie Jaune : Bras de fer de Barthélemy Dias contre la DSCOS

Après les régies publicitaires, puis les mécaniciens de la Vdn, le maire de la Commune de Mermoz-Sacré Cœur en gage un nouveau bras de fer avec des populations de sa commune. Ces dernières regroupées autour d’une association, se dressent contre le projet d’aménagement du terrain de la boulangerie Jaune dont l’arrêt des travaux a été ordonné par le Sous-préfet des Almadies et la Direction de la Surveillance et du contrôle de l’occupation du sol (Dscos).



Barthélemy Dias, maire la commune de Mermoz-Sacré cœur après avoir croisé le fer avec les régies publicitaires et les mécaniciens de la Vdn, ouvre un nouveau front qui l’oppose cette fois-ci à des populations de Sacré cœur. La population de ladite localité a, en effet, regroupées au sein d’un cadre dénommé Association des résidents de Sacré-Cœur III, Phase IV, contestent le changement de destination originelle du terrain de la boulangerie Jaune, portant titre foncier de la Municipalité.

Selon ces populations, « l’autorisation de construire délivrée, porte sur un immeuble à usage commercial et d’habitation, hors en construisant sur le site des immeubles à usage autre que commercial, la commune change l’orientation initiale de l’immeuble et viole la loi ». Cette Association qui se veut un cadre de lutte citoyenne pour la protection de Sacré-Cœur, a même saisi le sous-préfet des Almadies d’une correspondance dans laquelle elle offre une proposition d’aménagement dudit terrain à la fois publique et privée.
 
Barthelémy Dias qui a fait face à la presse hier sur le site avec ses camarades maires de Dakar dont Khalifa Sall, a fustigé l’attitude du sous-préfet des Almadies et a saisi son supérieur hiérarchique d’une correspondance. Le maire de Sacré Cœur Mermoz estime être en phase avec la loi et la destination de l’affection. « La Dscos est mal placée pour venir interrompre des travaux de la mairie. Le terrain a été loué à 50 millions par an et le promoteur a déjà déposé deux mois de loyer qui est de l’ordre de 100 millions de nos francs », a fulminé le maire socialiste qui invite ce démembrement du ministère de l’Urbanisme à se ressaisir, livre "Enquête".


Samedi 6 Février 2016 - 08:18



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter