Syrie : les rebelles prennent le contrôle d'un champ pétrolier dans l'Est, le CNS se réunit à Doha

En Syrie, pendant que le Conseil national syrien, le pincipal organe de l'opposition en exil, entame une réunion cruciale à Doha, les combats ont continué ce dimanche 4 novembre, comme chaque jour depuis plus d'un an et demi. Mais cette fois, à en croire l'Observatoire syrien des droits de l'homme, les rebelles ont réussi à prendre le contrôle d'un champ pétrolier dans l'est du pays. Une première.



Syrie : les rebelles prennent le contrôle d'un champ pétrolier dans l'Est, le CNS se réunit à Doha

C'est l’un des plus grands champs pétroliers de la province de Deir Ezzor qui serait tombé entre les mains des rebelles, après plusieurs jours de siège. L'Armée syrienne libre en aurait profité pour récupérer ce dont elle manque cruellement : du matériel, entre autres des munitions, des véhicules blindés et un char. Chose rare, elle aurait aussi abattu dans cette même région un avion de l'armée régulière, et fait prisonnier son pilote.

De fait, dans ce conflit, le gouvernement de Bachar el-Assad s'appuie largement sur ces avions qui, ce dimanche encore, ont pilonné Alep et Idleb dans le Nord et le Nord-Est. Des bombardements ont également eu lieu dans la Ghouta orientale, campagne qui borde l'est de Damas, et où samedi déjà 14 personnes avaient été tuées selon l'OSDH.

A Damas même, à en croire les médias officiels syriens, un nouvel attentat aurait blessé 11 civils dans le quartier qui abrite le siège de l'état-major de l'armée. Enfin Mohammed Rafea, un acteur connu qui avait été enlevé la nuit dernière, aurait été abattu selon l'OSDH par les rebelles qui l'accusaient de faire partie des milices civiles du régime.

RÉUNION CRUCIALE DU CNS À DOHA

 

Sur le plan politique, le Conseil national syrien a entamé ce dimanche 4 novembre, à Doha, une réunion cruciale de quatre jours. Le CNS a été remis en question mercredi dernier 30 octobre par les Etats-Unis, qui estiment que l'instance n'est pas représentative de toute l'opposition syrienne.

Cette réunion du Conseil national syrien vise à donner un nouveau visage à l'opposition syrienne : l'élargir pour répondre aux critiques qui ont toujours existé, dénonçant une opposition en exil, trop éloignée du terrain. Quelque 286 membres du Conseil sont à Doha pour modifier les statuts de leur organisation. 120 nouveaux membres feront ainsi partie de l'instance. Mercredi 7 novembre, tous procéderont à l'élection d'un nouveau président.

Et c'est jeudi qu'une opposition plus large s'est donnée rendez-vous dans la capitale qatarienne pour une réunion de consultation à la demande de la Ligue arabe et du Qatar. Y ont été conviés des alaouites, des chrétiens, des Syriens de l'intérieur, de l'extérieur, ainsi que le CNS. Leur objectif : créer un organe politique. Il précédera la création d'un gouvernement syrien en exil, élargi à l'ensemble de l'opposition.

Source : Rfi



Lundi 5 Novembre 2012 - 12:12



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter