Tabara Aidara : «Mon époux avait promis de venir me chercher, je l’ai retrouvé à la morgue».

La liste des victimes dépasse le chiffre 7 annoncé par le Commissaire général au pèlerinage. En effet, l’épouse d’une des victimes a déclaré à nos confrères de l’Observateur que son mari, qui a succombé à ses blessures dans un hôpital à la Mecque, n’a pas été comptabilisé. Voici son témoignage.



«Je suis venue à la Mecque avec mon époux, Noumoussara Samoura. Nous avons vécu ensemble 52 ans. Quand il m’épousait, je n’avais que 13 ans. Il est mon aîné de 10 ans. Nous avons 7 enfants dont 5 filles. Il est originaire de Kédougou, mais nous habitons Malika (Dakar) avec notre famille. Nous étions ensemble à la Mecque depuis le début du pèlerinage jusqu’à jeudi dernier, jour où nous devions nous rendre à Mouna, pour la lapidation des stèles de Satan. Ce jour-là, je me suis mise en route avant lui.

Après mon départ, il est venu me chercher, mais on lui a dit que j’étais partie. Il m’avait laissé là-bas une commission. Il a dit aux gens qui étaient là-bas de me dire qu’il viendrait me chercher, à son retour de Mouna.
 
 
 A mon retour, je l’ai attendu toute la journée, en vain. Les pèlerins avec qui nous sommes venus à la Mecque ont tenté, depuis lors, de me rassurer, me disant que mon époux devait être dans une des structures sanitaires et qu’il ne tarderait pas à retourner à l’hôtel. Je nourrissais l’espoir de le revoir. Mais, c’est hier que j’ai été informée de son décès, à la suite de la bousculade meurtrière de jeudi dernier. J’ai aussi appris qu’il n’a pas rendu l’âme sur place, mais, c’est le lendemain, vendredi qu’il a succombé à ses blessures à l’hôpital.

Aujourd’hui (hier : Ndlr), j’ai vu son corps à la morgue et je pense qu’il sera porté sous terre demain (aujourd’hui : Ndlr). C’est dur pour moi et surtout pour les enfants qui sont restés au Sénégal, mais c’est la volonté de divine. Nous l’acceptons dignement

Ousmane Demba Kane

Mercredi 30 Septembre 2015 - 10:47



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter