« Tamsir Jupiter Ndiaye va se battre », (avocat)

Des nouvelles du journaliste dans les liens de la détention pour actes contre nature, pédophilie entre autres. Bien qu’un peu « affligé » selon les propres termes de son avocat, Tamsir Jupiter Ndiaye a un bon état d’esprit et il entend se battre car «convaincu que cette affaire, c’est une sorte de chance de réhabilitation que lui est offerte». Pour l’heure, son sort est pendu à la production du registre d’écrou de la prison de Rebeuss.



«Le juge ordonne la production par le Parquet du registre d’écrou de la prison de Rebeuss car le jeune dont il est question a séjourné pendant 45 jours et en partie même, il avait été transféré à la prison du Camp pénal », campe Me Cheikh Koureyssi BA de préciser que «c’est pour cela qu’on a besoin de la production du registre d’écrou pour prouver qu’il ne s’agit pas d’un mineur parce que les mineurs ne sont pas enfermés à Rebeuss ni au Camp pénal mais à Fort B ». Selon la robe noire, « le président a dû remarquer lui-même que dans le procès-verbal, le commissariat de police de Dieuppeul fait état de cette arrestation du garçon pour vol…


A la fin du procès-verbal, il est noté les antécédents de mon client et de ceux de Kéba Nar SY qui a été condamné à 45 jours pour vol ». «En ce moment, cela ne pose pas de problème, il est majeur », plaide le conseil de Tamsir Jupiter Ndiaye. «Le Parquet veut en faire un mineur parce que les faits reprochés à Tamsir Jupiter Ndiaye sont plus sévèrement réprimés quand ils mettent en cause un mineur », accuse l’avocat.

 
Le président a accédé à la demande de ladite partie. De plus, «ce matin (hier), on attendait le supposé civilement responsable du garçon ; quand un mineur comparait, il faut un majeur à côté de lui. Or la personne appelée était absente. Il n’a besoin de personne parce qu’il ne s’agit pas d’un mineur. C’est une manœuvre du Parquet. Il y a que le président du Tribunal qui peut ordonner la production du registre d’écrou. Il a ainsi renvoyé lui-même au 14 juillet mais un témoin (Cheikh Ndiaye)  est venu au tout dernier moment pour expliquer qu’il doit subir les épreuves du Baccalauréat et qu’il ne serait pas disponible du 14 au 20 juillet », développe Me BA. Ce qui explique donc le renvoi du dossier au 21 juillet.
 
 
«Mon client est un peu affligé mais c’est un garçon qui a l’intention de se battre parce que dans cette affaire, il semble que la première affaire a eu à impacter sérieusement » et «tout le monde le pense coupable. Il est convaincu que cette affaire, c’est une sorte de chance de réhabilitation qui lui est offerte », plaide la robe noire qui dénonce : «la première question qu’on lui a posé dans le procès-verbal, c’est comment voulez-vous que nous vous croyions avec ce qui s’est passé la dernière fois. Or dans sa version, Tamsir Jupiter Ndiaye dit que c’est au moment où il faisant sa nafila (prières surérogatoires) que son téléphone sonnait jusqu’à une heure du matin,…


Il s’est rendu compte que c’est un ami, un Agent de Sécurité de Proximité (ASP) qui travaille justement au commissariat de Dieuppeul et qui voulait le voir;  l’aide souvent pour la dépense quotidienne ». Me Cheikh Koureyssi BA de poursuivre : «Et comme le commissaire connait bien le gosse, il a suffi qu’on le palpe pour retrouver le téléphone sous sa culotte. Aussitôt, on l’a mis aux arrêts pour vol et cela a corroboré la version de Tamsir Jupiter Ndiaye ».


«Les faits tels que racontés dans leur déroulement accrédite la thèse d’un banal incident qui oppose des enfants des rues à un adulte qui voulait les aider. N’importe quel citoyen aurait été relaxé mais malheureusement c’est Jupiter », développe-t-il. Acte constitutif de l'incarcération, l’écrou constitue officiellement l'entrée d'un détenu dans un établissement pénitentiaire.


Mercredi 8 Juillet 2015 - 00:38



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter