Tanzanie: explosion d’une bombe dans un restaurant d’Arusha

Dans le nord de la Tanzanie, une explosion a fait huit blessés, dont l'un très grièvement atteint. Elle s’est produite lundi soir dans un restaurant de la ville touristique d'Arusha.



Rue d'Arusha, en Tanzanie. Wikimedia
Rue d'Arusha, en Tanzanie. Wikimedia

L'explosion a été provoquée par une bombe selon la police nationale. Selon Issaya Mngulu, un de ses hauts responsables, « il n'y a pas eu de mort, mais huit personnes tanzaniennes ont été blessées, dont l'une est dans un état grave ». Deux suspects de nationalité tanzanienne ont été arrêtés.

L'attentat, survenu tard lundi soir, a été provoqué par « un engin explosif improvisé », a-t-il précisé, lancé par la fenêtre du restaurant. Le lieu visé est un restaurant indien élégant, fréquenté par l'élite locale et des expatriés de cette ville touristique et centre économique situé au nord du pays, près de la frontière kenyane.

Des précédents

La ville d'Arusha a été plusieurs fois visée par des attentats, ces derniers mois, tout comme l'île autonomiste de Zanzibar. Les attaques n'ont pas été revendiquées, mais selon le ministre de l'Intérieur, elles pourraient être liées : « Nous avons arrêté deux personnes qui seront gardées pendant l'enquête. Après l'attentat à la bombe du 3 juillet nous avons arrêté six personnes et nous pensons que leurs actions sont liées. Nous cherchons à arrêter tous les responsables de l'attaque de lundi, et les deux personnes déjà suspectes devraient nous guider vers les instigateurs principaux de l'attaque. Et nous sommes sûrs qu'il s'agit du même groupe. Nous ne savons pas encore quel est ce groupe mais ce sont des terroristes de toute évidence », explique Mathias Chikawe.

Les religieux modérés pris pour cible

Selon un analyste, spécialiste des mouvements terroristes dans la corne de l'Afrique, les imams et musulmans modérés sont de plus en plus visés par les extrémistes islamistes. Vendredi dernier par exemple, un imam modéré a été attaqué dans sa maison par des extrémistes, deux personnes ont été blessées. Des évènements qui révèlent un mouvement de radicalisation d'une partie de la population musulmane, qui représente 40 à 50% de la population tanzanienne, selon les différentes statistiques. Une population concentrée essentiellement sur l'île de Zanzibar, à Arusha et Dar es-Salaam.

Source : Rfi.fr
 



Mercredi 9 Juillet 2014 - 11:16



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter