Tanzanie: expulsions d'immigrés illégaux rwandais

Les relations entre le Rwanda et la Tanzanie ne sont pas au beau fixe depuis quelques mois. L’escalade verbale a commencé sur la place publique après que le président tanzanien, lors du dernier sommet sur les Grands lacs en Ethiopie, a proposé que le Rwanda discute avec les FDLR, les rebelles hutus basés dans l’est de la RDC et que Kigali considère comme d’anciens génocidaires. Depuis quelques jours, des expulsions d'immigrés illégaux de Tanzanie sont signalées.



La ministre des Affaires étrangères, Louise Mushikiwabo (g) avec le chef d'état-major Charles Kayongaher AFP PHOTO / JUNIOR D.KANNAH
La ministre des Affaires étrangères, Louise Mushikiwabo (g) avec le chef d'état-major Charles Kayongaher AFP PHOTO / JUNIOR D.KANNAH

Des propos « aberrants ». C’est ainsi qu’avait qualifié la ministre des Affaires étrangères rwandaise, Louise Mushikiwabo, la proposition du président tanzanien. Celui-ci proposait l’ouverture de négociations entre le Rwanda et les FDLR. Si Dar es Salam et Kigali ont toujours eu des relations compliquées -les deux pays se soupçonnant l’un l’autre de soutenir leur opposition respective- la tension a pris des proportions inédites à ce moment-là. Depuis, la ministre a toutefois voulu calmer le jeu.

Mais pour Thierry Vircoulon, directeur du projet Afrique centrale de l’International Crisis Group, l’origine de ce regain de tensions remonte à l’engagement de la Tanzanie dans la brigade d’intervention des Nations unies en RDC. Cette brigade, censée lutter contre les groupes armés, dont le M23, est selon l’ONU, soutenue par Kigali qui dément. Selon le chercheur, la Tanzanie romprait ainsi « la solidarité silencieuse qui existait entre les pays de la frontière orientale de la RDC ».

Expulsion de tous les immigrés illégaux

Selon un ancien diplomate rwandais, tout ceci ne serait au contraire qu’agitation côté tanzanien afin de créer un rideau de fumée sur des problèmes internes et Kigali aurait tout intérêt à calmer le jeu, afin de ne pas mettre en péril des projets économiques régionaux.

Toujours est-il, que depuis quelques jours, la Tanzanie a décidé d’expulser tous les immigrés illégaux d’une zone frontalière peuplée de beaucoup Rwandais établis en Tanzanie parfois depuis plusieurs années. Quelque 2000 Rwandais ont d’ores et déjà fui le pays. Une décision qui selon les autorités de Kigali a été prise sans consultation préalable.


Dépéche

Dimanche 11 Août 2013 - 11:20



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter