Tattaguine : l’Association ‘’Mbog Jom’’ renoue avec sa tradition



Tattaguine : l’Association ‘’Mbog Jom’’ renoue avec sa tradition
L’association «MBOG JOM» du village de Khondigne, Mbellongouth Garage, dans la commune de Tattaguine (Fatick), a célébré durant le week-end du 14 au 16 Avril 2017, sa 6iéme édition des journées économiques et culturelles. Différentes activités culturelles et artistiques s'y sont déroulées, notamment la lutte, la danse traditionnelle sérère, les contes ainsi qu’une séance de libation des « Pangols » (génie protecteur en langue locale sérère) par le seul héritier et détenteur de la science dans le village.

Pour être fidèle à sa tradition, Mbong Jom a primé les élèves des écoles coraniques de Mbellongouth garage et Mbellongouth école. Toutefois, il compte élargir ces dons au niveau des écoles primaires et des collège.

Le président de l’Asc Mbog Jom a évoqué les maux dont souffre leur localité, avant de solliciter le soutien des autorités communales et étatique dont il dénonce leur mutisme. « Cette localité du Khirena est confrontée à un problème d’infrastructure de base à savoir un collège d’enseignement pour les élèves, la vétusté du matériel du dispensaire de Mbellongouth notamment le manque de médicaments. Nous voulons la construction immédiate et sans condition du Cem» a laissé entendre Birima Ndiaye qui interpelle le chef de l’Etat Macky Sall, pour qu'il ordonne le financement de la construction de cette édifice publique.

Pour lui, «ce n’est pas normale que les pauvres populations se cotisent (1500frs/hommes et 1000frs/femmes) pour la construction d’un Cem. Alors que nous savons tous que l’éducation est une compétence transférée. Et la commune dans tout ça, chaque  année son budget ne cesse d’augmenter et rien n’est fait à cet égard».

Confronté à des difficultés de financement, le président de l’association pointe du doigt la mairie, qu’il accuse de snober leurs activités culturelles qui se tiennent chaque année dans sa circonscription.

« Nous sommes à notre sixième édition des journées culturelles, il n y a jamais eu un soutien ni quoi que ce soit provenant de la mairie de Tattaguine. Les correspondances et les demandes d’appui n’ont jamais eu de réponse. C’est une attitude honteuse de la part du maire et que nous savons tous qu’il y a un budget qui est voté pour la culture», a fustigé Birama Ndiaye.

A l'en croire, « C’est sur fonds propres et l’appui de quelques amis et de connaissances personnelle que nous finançons  ces activités ».

La cérémonie officielle s’est tenue sous la présidence du chef de village Jaraaf Babou Faye, de l’Imam Cheikh Faye, du président de l’Association des Parents d’Elèves Julbert Faye, des membres de l’association de Srrène-Tattaguine (invités d’honneur) et les notables du village. L’Amicale Elèves et Etudiants du village ainsi que les mouvements de femmes n’étaient pas en reste. 



Jeudi 20 Avril 2017 - 17:02



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter