Taubira flingue Macron, "pur produit du système"



Taubira flingue Macron, "pur produit du système"

On ne sait toujours pas qui Christiane Taubira compte soutenir pour l’élection présidentielle de 2017. Mais à la lecture de son interview aux Inrocks, ce mercredi 1er février, on sait au moins qu’elle ne votera pas pour Emmanuel Macron... L’ancienne garde des Sceaux se livre en effet à un flingage en règle de son ancien collègue du gouvernement. « Il a une vraie capacité de séduction, il en joue, c'est même sa carte maîtresse, reconnaît-elle. Il doit beaucoup aux médias. Macron se dit antisystème mais c'est un pur produit du système. Je suis atterrée par son effet sur de jeunes esprits. »
 
Christiane Taubira reproche notamment à Emmanuel Macron son positionnement « ni gauche, ni droite ». « Quand on a plus de trente ans d'engagement, qu'on a pris au sérieux la politique, qu'on a accepté de prendre des coups, qu'on a vu ses enfants prendre des coups, qu'on a vu des gens souffrir, on connaît la différence entre les politiques de gauche et de droite », le tance-t-elle. « Entendre quelqu'un qui prétend à la magistrature suprême dire qu'il n'y a pas de différences entre droite et gauche m'atterre. »
 
Interrogé sur cette charge ce mercredi sur France Inter, Emmanuel Macron s’est bien gardé d’aller au bras-de-fer. « J’ai beaucoup de respect pour Christiane Taubira », a-t-il assuré. « Je crois à la bienveillance dans la vie politique. » Tout en rétorquant à son ancienne collègue : « Il y a des grands combats qui ont été menés par la gauche, il y a une identité de gauche qu’il faut respecter. Mais il ne faut pas non plus laisser croire à nos concitoyens que la libération, la justice, ça n’a pas été parfois une idée de droite. » Et Macron de citer « le droit au logement » ainsi que « l’IVG, la libération de la femme ». « Donc les choses sont parfois plus compliquées et il faut respecter les histoires de chacune et chacun, les identités, mais il ne faut pas non plus les travestir », a ajouté l’ancien ministre.
 
Hamon, "un vrai renouvellement"
 
L’ex-ministre de la Justice n’a pas pris position dans la campagne de la primaire socialiste, mais elle se montre satisfaite de la victoire de Benoît Hamon. « Dans la campagne, sa voix est un vrai renouvellement », salue-t-elle. On devine en creux son hostilité au perdant Manuel Valls, qu’elle exécute sans le nommer : « Se prétendre le champion de la sécurité comme une fin en soi, alors qu'elle est un droit, ou se proclamer champion de la laïcité intégrale pour exclure, ce ne sont pas des marqueurs de gauche. »
 
Et Jean-Luc Mélenchon ? L’ancienne garde des Sceaux déplore que le candidat de « la France insoumise » ait « bifurqué ». « Il a fait une très belle campagne en 2012 et depuis il s'est un peu perdu dans les sables », assène-t-elle.
 
Bref, Taubira distribue depuis sa fenêtre les bons et les mauvais points. En se gardant bien de descendre dans l’arène pour l’instant...



Dimanche 5 Février 2017 - 10:19



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter