Taxation à 75% en France: François Hollande reçoit les présidents de clubs de football

Après la suspension de l'écotaxe et la reculade sur la hausse de la taxation de l'épargne, nouveau bras de fer pour l'Elysée. Les patrons de clubs de foot menacent de ne pas jouer fin novembre si la taxe à 75 % sur les plus hauts revenus des joueurs est appliquée. Pour éviter l'embrasement, le chef de l'Etat recevra dans quelques heures 9 patrons de grands clubs.



Le président a fermé la porte à une annulation de la mesure mais le doute s'installe. REUTERS/Francois Mori/Pool
Le président a fermé la porte à une annulation de la mesure mais le doute s'installe. REUTERS/Francois Mori/Pool

Votée le 18 octobre dernier, la taxe à 75 % concerne tous les salaires de plus d' un million d'euros, et donc ceux de nombreux joueurs de football. Cette taxe s'applique aussi aux clubs de football comme à n'importe quelle entreprise.
 

Pour les dirigeants cet impôt va aggraver la situation financière de leurs clubs. Furieux, ils ont décidé d'une grève en Ligue 1 et en Ligue 2, la première depuis 1972. Cette « journée blanche » est programmée pour le dernier week-end de novembre.
 

Crainte de perdre les footballeurs les mieux payés

 

Si les dirigeants conviennent que cette taxe ne va pas les ruiner, ils estiment quand même qu'elle risque de les obliger à se séparer de leurs joueurs les mieux payés et parfois les plus performants.
 

Le coût de cette nouvelle taxe pour les clubs français de Ligue 1 va s'élever à environ 50 millions d'euros, alors que l'ensemble des recettes avoisine le milliard d'euros. Mais, il ne faut pas oublier que les patrons de club ont déjà obtenu un bouclier fiscal qui leur garantit que ce nouvel impôt ne dépassera pas 5 % de leur chiffre d'affaire. Cette taxation des clubs de football devrait rapporter 210 millions d'euros à l'Etat pendant deux ans.

 
Le président a fermé la porte à une annulation de la mesure mais le doute s'installe
Toute la majorité l'affirme la main sur le coeur : après les 8 reculs du gouvernement sur la fiscalité, il n y en aura pas d'autre. François Hollande a lui même fermé la porte la semaine dernière. Tous les socialistes le soutiennent.
 
Pour le député de Paris Jean-Marie Le Guen, « c'est une mesure temporaire, nécessaire et comprise » Il n'est pas question de se priver de la seule mesure populaire de ce nouveau budget de rigueur.
 
Entre deux tiers et 80 % des Français, selon les sondages, sont favorables à ce nouvel impôt pour les joueurs de football. Même dans l'opposition, vent debout contre cette mesure qualifiée de stupide, on explique : « Pas de raisons de faire une exception pour un secteur en particulier. Si la taxe à 75 % sur les hauts revenus doit s'appliquer que ce soit pour tous. »
 
Reste ce doute qui perdure. Pourquoi le président recevrait-il les patrons de clubs s'il n'a rien d'autre à leur offrir qu'un moment d'écoute. Une petite musique monte, celle d'un possible compromis. Les clubs de football paieraient bien la taxe mais seulement sur les nouveaux contrats.

Dépéche

Jeudi 31 Octobre 2013 - 10:57



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter