Tchad: l’opposition divisée sur la méthode du principe du dialogue inclusif

Au Tchad, l’opposition qui conteste la victoire du président Déby, à la présidentielle d’avril dernier, est divisée sur le principe d’un dialogue avec le pouvoir. Au cours d’une conférence de presse vendredi 19 août, deux des leaders du Front de l’opposition nouvelle pour l’alternance et le changement (Fonac), Saleh Kebzabo et Mahamat Ahmat Alhabo, ont appelé à un dialogue inclusif avec le pouvoir. Samedi, le parti de l’ancien Premier ministre, Joseph Djimrangar Dadnadji, s’est désolidarisé des deux leaders.



C’est le porte-parole du parti de l’ancien Premier ministre, arrivé quatrième lors de la présidentielle du 10 avril, qui s’est chargé de contester l’appel au dialogue lancé vendredi par les deux leaders de l’opposition.
 
« La demande d’un dialogue inclusif est le signe évident d’une reconnaissance de la victoire du président Idriss Déby contraire à la position de rejet de cette victoire. Et comme tel, le CAP-SUR ne s'y reconnait pas », a déclaré Abakar Siddick Yaya, porte-parole du Cadre d’action populaire pour la solidarité et l’unité de la République (CAP-SUR).
 
Toutefois, CAP-SUR dû relever avec beaucoup de satisfaction les efforts de la communauté internationale pour pousser les acteurs politiques à « un règlement pacifique » de la crise post-électorale.
 
Comme on le voit, ce qui divise l’opposition semble être davantage des divergences sur la méthode et non sur le principe d’un dialogue avec le pouvoir. Tous les membres de l’opposition qui se sont désolidarisés du Front de l’opposition nouvelle pour l’alternance et le changement (Fonac), ont plutôt évoqué une absence de concertation que des divergences idéologiques.


Source: Rfi.fr



Dimanche 21 Août 2016 - 10:05



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter