Tchad: le Parlement rejette la levée d'immunité de l'opposant Saleh Kebzabo

Les députés tchadiens ont largement rejeté, ce lundi 2 septembre, les demandes de levée de l’immunité parlementaire de deux de leurs confrères. Des demandes introduites par le ministre de la Justice, Jean-Bernard Padaré, à la suite de poursuites judiciaires. L'un, Lama Tchindébé, était accusé de détournement de fonds, mais il avait trouvé un accord pour rembourser la somme qu'on l'accusait d'avoir détournée. L'autre, Saleh Kebzabo, chef de file de l'opposition, était lui poursuivi par le parquet pour délit d'outrage, d'atteinte à l'autorité de la justice et de diffamation.



Tchad: le Parlement rejette la levée d'immunité de l'opposant Saleh Kebzabo

Cent soixante-seize voix contre pour Saleh Kebzabo, 173 dans le cas de Lama Tchindébé, sur 180 votants. La réponse des députés tchadiens a donc été sans ambiguïté. Un rejet franc et massif, pour un Parlement pourtant très largement dominé par le parti au pouvoir.

Comment expliquer un tel camouflet pour le parquet et le gouvernement qui avait transmis ces demandes  ? Par un réflexe corporatiste, sans doute, explique un député de l'opposition à l'issue du vote. « Ce n'est pas la première fois cette année que le gouvernement cherche à lever l'immunité de certains de nos collègues sous des prétextes fallacieux et chacun doit se dire "à qui le tour ?" », précise-t-il.

Pas de consigne de vote

Du côté du Mouvement patriotique du salut (MPS), on affirme qu'il n'y a pas eu de consigne de vote de la direction du parti au pouvoir. « On s'est senti libre de voter en notre âme et conscience et ces deux demandes étaient injustifiées », explique l'un de ses membres.

Pour le président de l'Assemblée, lui aussi issu des rangs du MPS, Haroun Kabadi, les les députés ont clairement signifié que les deux dossiers n'étaient pas suffisamment étayés pour les convaincre.

Ce n'est pas le premier bras de fer entre le Parlement et l'exécutif. Au printemps dernier, plusieurs députés avaient été arrêtés  sans que leur immunité n'ait été levée, ce qui avait déjà provoqué une levée de boucliers. L'un d'eux, l'opposant Saleh Makki, est toujours en prison.
 


RFI

Lundi 2 Septembre 2013 - 22:54



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter