Tchad: le procès des anciens responsables de la DDS reporté sine die

Au Tchad, le procureur général près la cour d’appel de Ndjaména a annoncé hier le report sine die du procès des anciens responsables de la police politique de l’ancien président Hissène Habré. Depuis plus de deux semaines, le procès est suspendu pour cause de grève des avocats qui revendiquent, avec les huissiers et notaires des impayés à l’Etat tchadien.



Hissène Habré, ici en janvier 1987 à Ndjamena, a été à la tête du Tchad de 1982 à 1990. AFP PHOTO
Hissène Habré, ici en janvier 1987 à Ndjamena, a été à la tête du Tchad de 1982 à 1990. AFP PHOTO

C’est avec un agacement, à peine dissimulé que le procureur général près la cour d’appel de Ndjaména a annoncé le report de la session criminelle spéciale chargée de juger les anciens responsables de la DDS, la police politique de Hissène Habré.

« Tirant les conséquences du durcissement des positions des collaborateurs de justice, explique ainsi Louampambé Mahouli Bruno, le parquet général, qui tient au respect du droit à la défense, dans ce procès tout à la fois emblématique, a purement et simplement requis le renvoi de la session criminelle spéciale à une date ultérieure. »

Le procureur a rappelé que plusieurs efforts ont été entrepris pour trouver une solution dans cette affaire qui, dit-il, ne concerne en réalité que les huissiers, les avocats n’étant pas des agents de recouvrement.Il cite en exemple la promesse de payer 2 milliards sur le compte de l’Etat, et des banquiers prêts à racheter ces créances. Mais malgré cela les avocats refusent de bouger, alors qu’ils ont des contrats avec des justiciables. On attend de voir ce que lui répondront les trois corporations qui se retrouvent en assemblée générale ce samedi matin.


Rfi.fr

Samedi 13 Décembre 2014 - 13:23



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter