Tensions en Inde après le lynchage d'un musulman

En Inde, deux nouveaux suspects ont été arrêtés samedi 3 octobre après le meurtre lundi dernier d'un père de famille musulman, accusé d'avoir stocké de la viande de bœuf. La victime avait été lynchée à mort par une foule en colère encouragée par une rumeur lancée par un prêtre hindou local. L'affaire prend une dimension politique.



Tensions en Inde après le lynchage d'un musulman

La police a dû être déployée pour calmer les tensions à Dadri, ce dimanche. De nombreux habitants de ce village, situé à une cinquantaine de kilomètres de New Delhi, ont protesté contre l'arrestation des deux hommes soupçonnés d'être impliqués dans le meurtre de Mohammed Akhlaq, lundi dernier.

Les politiciens de tous bords se sont rendus à Dadri ces derniers jours, s'emparant de ce fait divers qui a pris une ampleur nationale. Le BJP, le parti nationaliste hindou au pouvoir en Inde, s'en est pris à ces derniers ainsi qu'aux médias, les accusant de chercher à politiser l'affaire. Mais plusieurs de ses membres ont eux-mêmes tenu des propos tendancieux depuis lundi. Certains, dont le ministre de la Culture, ont qualifié le meurtre de simple « accident ». D'autres ont pris la défense des meurtriers et appelé à des poursuites contre « ceux qui tuent les vaches et heurtent les sentiments des hindous ».

La presse indienne rapporte également que trois familles hindoues ont aidé à évacuer 70 musulmans dans la région, en début de semaine, alors qu'une foule s'approchait de leurs domiciles pour les agresser.

La fausse rumeur que Mohammed Akhlaq et sa famille stockaient de la viande de bœuf chez eux se serait répandue rapidement via WhatsApp. En Inde, cette application est fréquemment utilisée par les groupuscules extrémistes pour mobiliser les foules, dans le but d'exacerber les tensions intercommunautaires.

Source rfi.fr

 


Ousmane Demba Kane

Dimanche 4 Octobre 2015 - 17:06



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter