Terrorisme : la police appelle la presse à ne pas installer la psychose

La presse doit savoir raison gardée. C’est en substance ce qu’a déclaré l’adjudant Henri Boumy Ciss, chef du Bureau Relations publiques de la police, qui se prononçait à propos des 4 individus armés aperçus à Matam, et dont la presse a fait ses choux gras ces derniers temps. Selon le policier, les forces de défense et de sécurité font le maximum pour répondre aux attentes des populations en matière de sécurité, mais aussi, il faut que la presse les aide en évitant de faire peur aux Sénégalais.



Terrorisme : la police appelle la presse à ne pas installer la psychose
«L’insécurité est galvaudée après la survenance d’un ou deux événements comme on a pu le constater avec l’apparition de quatre individus signalés au nord du Sénégal, à Matam. Mais certainement le citoyen qui a voulu alerter les forces de défense et de sécurité a voulu dire qu’il a vu quatre individus porteurs d’armes, et cet événement est sorti de l’ordinaire pour lui », a déclaré l’adjudant Henri Boumy Ciss, en marge de la cérémonie de présentation de drapeau de la 43ème promotion de l’Ecole nationale de police.

Selon lui, la presse doit faire très attention en traitant ce genre d’information au risque de mettre les populations dans des situations indescriptibles. Et il en veut pour preuve les titres des journaux relatant  l’apparition au nord du pays d’individus armés.

«Qui a propagé la nouvelle en disant qu’on a aperçu quatre jihadistes ? C’est cette nouvelle, avec la dénomination de "jihadiste" qui a fini de susciter la psychose au sein des populations. Mais je dis, qu’à cela ne tienne, les populations doivent être rassurées parce que le Sénégal n’a pas attendu la survenance de cet événement pour se préparer au contexte mondial marqué par l’apparition du terrorisme.

«Depuis fort longtemps le Sénégal s’est préparé. Mais même dans les pays les plus développés, les forces de défense et e sécurité ne parviennent pas à assurer une totale et entière sécurité », fait-il savoir.

Et de conclure : «Les forces de défense et de sécurités sont conscientes de la très forte demande sécuritaire et en conséquence, elles réagissent à propos.  

Ousmane Demba Kane

Mercredi 9 Novembre 2016 - 17:51



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter