Thaïlande: de nouvelles violences font plusieurs blessés à Bangkok

Des manifestants contre le gouvernement thaïlandais ont essuyé des tirs qui ont fait sept blessés samedi 11 janvier à Bangkok. Cet incident fait craindre une flambée de violence la semaine prochaine quand l'opposition va tenter de bloquer la capitale dans le cadre de sa campagne pour renverser le Premier ministre.



Des manifestants anti-gouvernementaux dans le centre de Bangkok, le 11 janvier 2014. REUTERS/Nir Elias
Des manifestants anti-gouvernementaux dans le centre de Bangkok, le 11 janvier 2014. REUTERS/Nir Elias

Une fois de plus, la violence a frappé un des sites où les manifestants campent, dans le cœur de Bangkok. Ces violences par armes à feu ont encore fait des blessés et dont les auteurs ne sont toujours pas identifiés.
 

Ces violences la nuit dernière surviennent alors que la Première ministre Yingluck Shinawatra ne cesse de répéter qu’elle maîtrise totalement la situation. La chef du gouvernement a cependant exprimé sa crainte que des fauteurs de troubles ne continuent à entacher les manifestations pacifiques pour semer le chaos et forcer l’armée à intervenir.

 

Pour l’instant et depuis le début du conflit ouvert entre Suthep Thaugsuban et le clan Shinawatra, le général Prayuth Chan-ocha, chef de l’armée thaïlandaise, continue de déclarer qu’il ne souhaite pas d’un nouveau coup d’Etat et que seules les discussions entre les partis qui s’opposent devraient permettre la résolution du conflit.
 

« Manifestation historique » le 13 janvier
 

Alors que les élections législatives sont toujours prévues le 2 février prochain, des membres de la Commission électorale ont pris la parole vendredi, pour demander un report de cette élection, car selon eux, la situation politique serait trop instable pour permettre que ces élections se déroulent normalement.
 

De son côté, le gouvernement réitère que seul le processus démocratique, et donc la bonne tenue de ces élections, permettra de dire ce que le peuple souhaite pour lui-même.
 

Toute l’attention est désormais reportée sur la journée du lundi 13 janvier, que le mouvement d’opposition veut historique. Le leader des manifestants souhaite en effet bloquer une grande partie des axes de transports de la capitale et empêcher les ministères de fonctionner pour faire tomber le gouvernement intérimaire actuel.

Source : Rfi.fr
 



Samedi 11 Janvier 2014 - 11:04



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter