Thaïlande: l'opposition à nouveau dans la rue

En Thaïlande, le mouvement d'opposition est à nouveau dans la rue, avec, pour objectif de renverser le gouvernement de Yingluck Shinawatra qu'ils accusent d'être la marionnette de son frère, Thaksin Shinawatra. Une manifestation calme et déterminée qui rassemble des dizaines de milliers de personnes. Cette marche pacifique à travers le centre et le quartier historique de Bangkok paralyse la plus grande partie de la capitale.



Manifestation antigouvernementale à Bangkok, le 20 décembre 2013. REUTERS/Kerek Wongsa
Manifestation antigouvernementale à Bangkok, le 20 décembre 2013. REUTERS/Kerek Wongsa

Vêtus de chemises jaunes, en signe de soutien à la monarchie, ils sont des dizaines de milliers à marcher à travers les avenues de la ville. Sifflets aux lèvres, criant des slogans à l'encontre de la cheffe de gouvernement Yingluck Shinawatra, ils exigent un transfert du pouvoir à l'opposition pour que celle-ci procède à un assainissement du système politique, avant de procéder à des élections.
 

« Les pauvres soutiennnent le parti gouvernemental »
 

Parinya Suwanmalee, un ingénieur qui se trouve parmi les manifestants, explique pourquoi il ne veut pas que des élections soient organisées en février avant une réforme, comme l'a annoncé le gouvernement : « Les pauvres soutiennent le parti gouvernemental Pour les Thaïlandais, car ce parti distribue de l'argent aux pauvres avant les élections. C'est pourquoi vous pouvez voir qu'ici il y a surtout des gens de Bangkok et des gens de la région Sud. Quand des politiciens nous offrent de l'argent, nous refusons. Mais les pauvres, dans le nord-est de la Thaïlande, ils ne savent pas. »
 

Légitimité entamée
 

C'est pour les mêmes raisons que le principal parti d'opposition, le Parti démocrate, a indiqué qu'il allait boycotter les élections législatives anticipées du 2 février. Si d'autres formations politiques décident aussi de ne pas participer au scrutin, la légitimité de celui-ci sera alors sérieusement entamée.

Source : Rfi.fr


Dépéche

Dimanche 22 Décembre 2013 - 09:53



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter