PRESSAFRIK.COM ,  L'info dans toute sa diversité



Thierno Bocoum : « Il n’est pas question de permettre à Macky Sall d’avoir une main mise sur les…locales »

La société civile et la Commission Electorale Nationale Autonome (CENA) qui ont ouvert la médiation entre la majorité d'une part, l'opposition et les non inscrit d'une part, auront fort à faire. Dans tous ses états, Thierno Bocoum de Rewmi qui refuse tout report, interpelle le président Sall lui-même.




Le député de la formation orange d’Idrissa Seck, Rewmi  donne de la voix dans le blocage noté dans la revue du code électorale. En effet, constatant qu’il  y a effectivement blocage, Thierno Bocoum d’indiquer qu’il « revient au président de la République qui nous a mis dans ce contexte de précipitation de trouver le consensus ». Ce, rage le rewmiste, « en s’extirpant de son manteau de président de partie pour s’élever au niveau au niveau institutionnel ».


Il est insensé d’utiliser des termes comme désignation, décret dans une élection, rage l’opposant au régime Sall qui est d’avis que parlant d’élection, « on doit s’en remettre aux populations qui doivent décider à tous les échelons de représentation. De ce point de vue, le pouvoir doit véritablement respecter ce processus et faire en sorte que les élections se tiennent à date échue et que par rapport aux questions de principes qu’il n’y est pas de recul démocratique parce qu’il n’est pas question de permettre à un président de la République d’avoir une main mise sur les décisions locales », s’insurge le rewmiste qui  enfonce le clou dont le parti n’acceptera pas un second report des locales.


« Il ne faut pas qu’on donne raison à tous ceux qui ont pensé que toutes ces réformes là n’ont qu’un soubassement politique parce que tout simplement, on ne peut pas aller aujourd’hui dans des blocages sur des questions qui normalement ne devraient pas poser problème. On doit rapidement aller dans le sens d’organisation, continuer vers les élections parce que nous avons déjà reporté ces élections et il n’est pas question qu’on accepte un second report », argue-t-il.


Et Thierno Bocoum d’accuser sur les ondes de la Rfm, le camp de Macky Sall de saboter le processus électoral. Pour un processus qui devait être inclusif depuis longtemps, estime-t-il, « il y a belle et bien eu forcing même avec le code des collectivités locales. C’est cela qui continue. Aujourd’hui, pour créer un blocage dans une structure donnée, il suffit tout simplement de rester dans ses positions et c’est ce qu’ils ont choisi ». 


Mercredi 26 Février 2014 - 14:18



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter