Thiès, Saint-Louis, Kaolack : Des Associations d’Epargne et de Crédit transforment les vies des femmes rurales

Au Sénégal, l’ONG Plan Sénégal a appuyé la mise en place de 657 groupes d’Association d’Epargne et de Crédit (AVEC) dans 146 villages dans les régions de Saint- Louis, Thiès et Kaolack. 15 763 femmes sont membres actifs et ont directement bénéficié du projet. Plan forme les membres des AVEC afin d’aider à renforcer leurs capacités, en utilisant des modules développés par son partenaire Making Cents International. Ces sessions de formation visent à améliorer la capacité des membres à créer et développer des entreprises, à créer des chaînes de valeur rentables, à accéder à des financements, et à d'obtenir un travail décent. Durant la formation des outils simples et adaptés sont utilisés pour les participants. Le service de communication de l’ONG relate ainsi des tranches de vie avec des femmes qui ont vu leur quotidien se transformer.



Maty qui produit de l'huile d'arachide avec l'appui de sa belle fille
Maty qui produit de l'huile d'arachide avec l'appui de sa belle fille
 
Maty, 58 ans, est un membre actif du projet AVEC dans son village de Cherif Lo, près de Thiès au Sénégal. Le village a une population de 1148 habitants. Elle est mère de 3 enfants, et prend soin d’une grande famille élargie de 40 personnes. Ses deux fils Issa et Mansour sont mariés et vivent avec leurs épouses dans le même village.

« Avant de rejoindre le groupe AVEC dans mon village, mes principales activités étaient l'élevage ovine, l'agriculture et le petit business. Je continue toutes ces activités, mais bien différemment maintenant que  j’ai rejoint le groupe. Avant, je ne savais pas comment faire le plus de profit avec mes activités ».

«J'utilise une machine de pression à froid pour produire de l'huile d’arachide. J'utilise une partie de la production pour une consommation à la maison et je vends le reste. Après extraction de l’huile, j'utilise le tourteau qui en ressort pour nourrir mes animaux. Je n'ai donc pas besoin d'acheter des aliments pour mes animaux, ceci représente une chaîne de valeur. J'ai appris ce mot durant mes sessions de formation avec mon groupe AVEC ».
 
«J'achète également des tubercules et feuilles de manioc chez d'autres agriculteurs de mon village que je revends avec un bénéfice raisonnable au marché de Thiès », explique Maty.

J’ai  été inspirée et  j’ai eu confiance en moi
 
«Ma vie a totalement changé le jour où j'ai reçu une carte avec l’image d'une voiture, lors d'une session de formation appelé « modèle d'entrepreneur ». Ma carte portait sur les entreprises de transport. L'idée d'acheter un véhicule pour faire des affaires ne n'a jamais frôlée l’esprit, car cela semblait impossible pour moi. Mais, durant la formation, je me suis dit intérieurement, - pourquoi pas maintenant ».

«L’idée me revenait à chaque fois. J'ai passé des semaines à y penser encore et encore. Je voulais m’y jeter. Les sessions auxquelles j'ai assisté avec le projet AVEC, m'ont donné un sens beaucoup plus aigu des affaires et surtout la confiance », dit Maty.

« Quand j'ai récupéré mes économies de mon groupe AVEC et en plus de ce que j'avais épargné à la maison, j'ai fait un  dépôt de 500 000 FCFA à la banque de micro-crédit située non loin de mon village. Une fois l’argent déposé, j'ai eu une discussion avec mon fils Mansour avec qui j'ai partagé mon idée d'acheter un véhicule pour qu'il en fasse une entreprise de transport public. La banque a accepté de m’octroyer un prêt de 500 000 FCFA et j’ai investi 1 000 000 FCFA dans l'achat d’un véhicule 7 places. Aujourd'hui, j’ai presque fini le remboursement de la banque. »

Maty qui se tient devant le véhicule qu'elle a acquis
Maty qui se tient devant le véhicule qu'elle a acquis
Selon Insa Gassama, Responsable du projet microfinance de Plan au Sénégal, le projet AVEC, contribue à créer une meilleure prise de conscience de la nécessité de faire des économies au sein des ménages, des communautés.

«Le projet contribue également à un changement de comportement en termes d'amélioration de la planification financière. Les discussions et les sessions de formation offrent aux communautés une meilleure compréhension de entrepreneuriat. Ils reçoivent une éducation financière, ils disposent d'outils et sont bien qualifiés pour lancer des projets avec des objectifs très clairs », dit-il.

«Très souvent, des prêts sont alloués dans le groupe, c’est un processus ouvert et transparent qui développe la confiance et la solidarité entre les membres. Les prêts sont dans la plupart des cas, payées à temps, ce qui permet au groupe de poursuivre ses activités sans difficulté », ajoute Gassama .

 Voir Vidéo: http://youtu.be/YyvYqnGf4o8

Matar Séne

Vendredi 7 Mars 2014 - 00:00



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter