Thiès : Talla Sylla interdit le marché « Sahm » aux commerçants et arme le commissariat central



Le cabinet du maire sous-entend une véritable prouesse réalisée par le successeur d’Idrissa Seck. Par  arrêté n°0044 du 15 octobre portant interdiction d’activités de commerce sur le site ‘’marché Sahm’’,  Talla SYLLA, vient de réaliser, une fois de plus, une promesse faite à la population thièssoise, indique le cabinet qui précise par ailleurs qu’il s’agit «d’une décision qui met un terme à l’occupation illégale et anarchique d’un  espace appartenant aux Chemins de fer et situé dans la commune de Thiès-Nord.

 
En cause, «l’insalubrité généralisée est unanimement constatée par les opérateurs et par les usagers du site qui fait office de marché ». Selon l’édile de Thiès, « ‘’Sahm’’ est depuis longtemps une calamité qui constitue de sérieuses menaces sur l’environnement et la santé publique des habitants des quartiers Nguinth, Diakhao et 10éme RIAOM. Le maintien d’activités de commerce  et le stationnement de camions frigorifiques dans un cadre aux antipodes des normes les plus élémentaires d’hygiène, de salubrité et de sécurité sont insupportables par les populations et  inacceptables par l’autorité de la Ville ».


Mieux, «dans un contexte sous-régional marqué par la menace du virus à Ebola, un site pareil est à proscrire et ne reflète nullement l’image d’une ville carrefour comme Thiès. Qui plus est, ‘’Sahm’’ constitue une entrave majeure à la mobilité urbaine asphyxiant la circulation vers la gare et bloquant la principale voie d’accès à la base militaire aérienne et au quartier de Diakhao.
L’ambiance incommode de ‘’Sahm’’ hante la quiétude des riverains et suscite la protestation continue mais légitime du voisinage suite aux nuisances, à la pollution et aux encombrements. Cet état de fait requiert une réponse de la part des instances municipales.


Par conséquent la Ville en vertu de ses prérogatives, en conformité avec les lois et règlements qui la régissent et fort du soutien de la population a pris ses responsabilités ». C’est « ainsi le Lundi 20 octobre l’arrêt prend effet et les services compétents à savoir le commissariat central, la Réception perception municipale et la Direction des services techniques communaux ont  procédé à l’exécution de la présente décision qui a été notifiée aux principaux concernés en l’occurrence l’UNACOIS et les opérateurs mareyeurs », renseigne le communiqué parvenu à Pressafrik.com.  


Lundi 20 Octobre 2014 - 21:21



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter