Tigo – Des employés grognent: «(Que) nos avantages nous soient restitués»

Face à ce qu’ils qualifient «d’injustice qu’ils vivent au jour le jour», les employés de l’opérateur de téléphonie ont enclenché un mouvement d’humeur. Alioune Badara Seck, Secrétaire général national des travailleurs de SENTEL et Cie qui ont décrété un mot d’ordre de grève à compter de ce jour jusqu’au mardi prochain, réclament «une prime de reconnaissance».



 «Il y a un sentiment d’injustice qui est palpable que nous vivons au jour le jour. Nous avions, avec la vente de l’opération qui avait été annoncée en février, enclenché des discussions avec la Direction générale de SENTEL, aujourd’hui qui est une filiale de Millicom avant que la vente ne soit finalisée. La vente à la date actuelle n’a pas encore été validée, il est dit par l’Etat du Sénégal que nos avantages nous soient restitués», martèle le susnommé.

Et, d’enfoncer le clou: «Aujourd’hui, Tigo est ce qu’elle est parce que les employés ont trimé, ont sué… A ce rythme, nous serons payés dans vingt (20) ans. Dans vingt (20) ans, je n’ose pas espérer travailler encore à Tigo».

Le Secrétaire général national des travailleurs de SENTEL interpelle «directement Millicom qui est la compagnie qui opère au Sénégal et qui est détentrice de la licence de SENTEL» et demande «également aux autorités du Sénégal jusqu’au président de la République (de leur prêter) une oreille attentive).
Le mouvement d’humeur ne devrait pas avoir de répercussions négatives sur le réseau, promet Alioune Badara Seck. 


Jeudi 1 Juin 2017 - 15:17



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter